• La maison des reflets

     

    Auteur : Camille Brissot
    Éditeur : Syros
    Année de parution : 2017
    Format : broché
    Genre : science-fiction
    Nombre de pages : 352
    Tranche d'âge : à partir de 15 ans

    Depuis 2022, les Maisons de départ ressuscitent les morts grâce à des reflets en quatre dimensions qui reproduisent à la perfection le physique, le caractère, et le petit je-ne-sais-quoi qui appartient à chacun. Les visiteurs affluent dans les salons et le parc du manoir Edelweiss, la plus célèbre des Maisons de départ, pour passer du temps avec ceux qu'ils aimaient. Daniel a grandi entre ces murs, ses meilleurs amis sont des reflets. Jusqu'à ce qu'il rencontre Violette, une fille imprévisible et lumineuse... Bien vivante.

     Voilà un livre qui aborde un sujet délicat qui touche la sensibilité de chaque lecteur : la mort.

    Daniel est un adolescent qui la contemple tous les jours : son père est propriétaire d'une maison de départ. Il "vit" donc avec sa mère morte, son grand-père mort, et ses meilleurs amis sont des reflets qu'il n'a même jamais connus de leur vivant puisqu'il n'est jamais allé au-delà des frontières de la demeure. Glauque, n'est-ce pas? Cette ambiance malsaine et fascinante à la fois enveloppe tout le roman et finit d'installer le décor. J'avais parfois l'impression d'être dans une histoire de Tim Burton. Je trouve d'ailleurs que l'histoire se prête plus à un univers steampunk que futuriste, mais c'est un détail.

    Malgré son contexte familial particulier, Daniel est un adolescent comme les autres : à la fois sensible et révolté, rancunier envers un père dévoué à son travail. Rencontrer Violette lui fait voir le monde sous un jour nouveau. Elle est douce, rêveuse et franche; un personnage qu'on apprécie très vite et qui va évidemment obnubiler le jeune homme. Pourtant, mon personnage favori est indéniablement Madame Elia, la gouvernante stricte mais bienveillante. C'est également la seule qui est contre les maisons de départ et les reflets.

    Par la suite, on a un peu de mal à comprendre dans quelle direction l'auteur veut nous emmener : entre les conversations épistolaires avec Violette, les péripéties dans la maison et les secrets qu'on cache à Daniel depuis toujours, on ne sait pas exactement quel est le fil conducteur de l'histoire. Les lettres échangées prennent finalement le dessus sur le reste aux deux tiers du roman. Malheureusement, le mystère qui se cache dessous se devine à des kilomètres. Malgré l'ambiance particulière que j'ai vite appréciée, le reste du roman n'offre pas beaucoup de surprises ou de rebondissements.

    Le sujet reste des plus intéressants et suscite énormément de débats. Si vos proches décédés pouvaient "reprendre vie" sous forme de reflet, tenteriez-vous l'expérience?

     

    Note

     

           La pièce se transforme, les cloisons s'effacent, la luminosité fluctue. Je suis au centre d'un antique cirque romain, dans un pays écrasé par le soleil. A quelques mètres de là, la mer lèche la plage dans un doux clapotis. Mes yeux s'attachent au vol gracieux d'une mouette. Non, trop estival pour mon humeur. Mon index glisse sur l'écran, sélectionne un autre décor. La mer disparaît, remplacée par une nuit sans fin. Au-dessus de moi, les étoiles dessinent des constellations que je tente de reconnaître. Il n'y a plus d'autre bruit que celui du vent qui effleure les hautes herbes de la lande alentour. Je m'assieds sur la première marche des gradins, transformés en un cercle de pierres inspiré de ruines celtiques, et je prononce à haute voix plusieurs noms : Elliott, Mona et Matthias.
           Elliott est le premier à se montrer. Sa silhouette fluette se découpe en ombre chinoise sur la toile nocturne, en haut de l'amphithéâtre.
         - Salut, Dan!
         - Salut, mec.
           Sa voix me paraît plus enfantine que d'habitude. Il est vêtu d'un jean trop large pour lui et d'un tee-shirt rayé. Sa peau semble encore plus pâle à la lueur des étoiles. Il m'adresse un large sourire, dévoilant ses dents du bonheur, descend les marches et se laisse glisser dans l'herbe.
           Elliott avait huit ans quand il est mort, renversé par un chauffard sur le chemin de l'école. Je me souviens de la joie que j'ai éprouvée lorsque mon père a créé son reflet... C'était la première fois que je me  retrouvais quelqu'un de mon âge. On est tout de suite devenus les meilleurs amis du monde.


    votre commentaire
  • Le complot du trident

     

    Auteur : Tristan Koegel
    Éditeur : Didier Jeunesse
    Année de parution : 2017 (octobre)
    Format : numérique
    Genre : historique, policier
    Nombre de pages (en format papier) : 192
    Tranche d'âge : à partir de 12 ans

    Dans le port d’Ostie, le trafic maritime est bloqué par un navire inconnu.

    Publius et son neveu Lucius enquêtent. Ils ne vont découvrir à son bord que des cadavres, morts de la peste. À leur cou, un pendentif en forme de trident. Rome est menacée et la peste n’est que le premier fléau infligé à la ville et à ses habitants. Une enquête haletante débute pour le duo…

    Merci à NetGalley et aux éditions Didier pour leur confiance.

     

    Dans ce roman, nous sommes plongés dans une sombre affaire de meurtre au cœur de la Rome Antique. Qui a tué l'empereur? Y aurait-il un lien avec ces cadavres découverts sur le bateau d'Ostie? Et que signifient ces symboles de trident aperçus sur les murs de la cité et au cou de plusieurs individus?

    Tristan Koegel nous plonge dans une enquête palpitante, avec de multiples rebondissements, interrogations, révélations, etc. C'est un plaisir de voir les héros évoluer dans cette cité antique où le décor est bien planté (les rues, le port, le palais, la prison, etc) et où on perçoit l'omniprésence des dieux et la peur qu'ils suscitent. C'est une joie de se suivre les pérégrinations de Lucius et de son oncle, entre ville et campagne. L'auteur semble avoir couché les mots sur le papier avec une facilité déconcertante.
    Lucius est un jeune homme instruit et courageux. D'abord dans l'ombre de son oncle Publius, très charismatique, il va finalement se débrouiller seul et le faire plutôt bien. J'apprécie énormément Publius : il est franc, très intelligent, perspicace et possède un superbe sens de la répartie. Lucius, comme tout adolescent normalement constitué, se laisse plus dominé par ses sentiments, quitte à commettre des erreurs de jugement.
    Certaines révélations de la fin sont devinables à l'avance, ce qui ne l'empêche pas d'être théâtrale et explosive.

    C'est un livre que je n'avais pas prévu de lire et que j'ai choisi un peu par défaut, mais le hasard a très bien fait les choses. J'ai adoré cette lecture et la recommande chaudement.

     

    Note


          Publius et Lucius rejoignirent rapidement le navire et se hissèrent à bord. L'odeur infecte qui s'en dégageait était insupportable, mais ça ne semblait pas contrarier l'enquêteur. Pour Lucius, c'était autre chose. Il se couvrait le nez pour empêcher la nausée qui lui piquait la gorge de remonter. C'est que, en plus de l'odeur, il avait maintenant devant lui les chairs putrides des cadavres entassés sur le pont. Il distinguait ça et là des membres couverts de plaques et de pustules, des corps pétrifiés dans leur agonie. Certains marins avaient le visage figé dans une abominable grimace. D'autres avaient le ventre aussi gonflé que si on leur avait fait boire de force une amphore tout entière. Lucius ne put se retenir plus longtemps et vomit par-dessus le pont.
       "Enfin, Lucius! Maîtrise-toi un peu!
       - Je voudrais bien, oui... répondit le jeune homme tandis que son oncle inspectait minutieusement chaque corps. Qu'est-il arrivé à ces pauvres marins?
       - Regarde, du sang a coulé de leurs narines..."
           Du bout de sa sandale, Publius repoussa la nuque du cadavre qu'il venait d'enjamber et la tête du mort se tourna. Devant son rictus macabre, Lucius sentit à nouveau des remous dans son estomac.
       "Tu as vu sa langue? Elle est blanche. C'est la peste. Ils sont tous morts de la peste! A moins que... Ressaisis-toi, Lucius! J'ai besoin de toi.


    votre commentaire
  • Inséparables

    Auteur : Sarah Crossan
    Éditeur : Rageot
    Année de parution : 2017
    Format : broché
    Genre / thématiques : drame, vie quotidienne
    Nombre de pages : 416

                                                            Grace et Tippi. Tippi et Grace.
                                                            Deux soeurs siamoises, deux ados inséparables,
                                                            entrent au lycée pour la première fois...

                                                            Elle me dit : "On peut aller au lycée,
                                                            et avoir un boulot,
                                                            et conduire une voiture et nager et partir en rando.
                                                           Tu sais que je te suivrai
                                                           n'importe où, Gracie.
                                                           Tout ce que tu veux,
                                                           dis-le-moi,
                                                           et on le fera.
                                                           On peut tout faire,
                                                           Ok?"

                                                           Je lui réponds : "Ok."

                                                          "Mais ce qu'on ne pourra jamais,
                                                                        jamais faire,
                                                                       c'est tomber amoureuses.
                                                          C'est clair?"

     

    Voilà un roman bien singulier, dans le fond comme dans la forme. Les rayons de littérature ado/young adult débordent d'histoires d'adolescents malades, handicapés, différents, etc. C'est la première fois qu'on a affaire à des siamoises (en tout cas, à ma connaissance).

    Si vous avez peur que le roman tombe trop dans le pathos, avec des personnages qui se plaignent tout le temps à cause d'une malformation mal décrite dont l'auteure ne connaît absolument rien, soyez rassurés. Sarah Crossan explique qu'elle s'est longtemps documenté avec des témoignages de siamois, de leur famille et de leurs médecins. Résultat, on lit un roman simple, sans fioriture, avec des héroïnes qui ont conscience de leur différence mais qui ne comprennent pourquoi est-ce tant un problème pour les gens "normaux". L'auteure a une telle aisance avec son sujet et avec sa plume qu'on se met aisément à la place de Tippi et Grace; on ressent la même angoisse qu'elles à l'idée d'aller étudier dans un établissement public, la même incompréhension face à certaines réactions, la même gêne face aux sacrifices faits par leur famille, etc. C'est captivant du début à la fin!

    La forme du texte, en vers libres, donne une vraie clarté au texte, une importance à chaque mot qui le composent. On n'est jamais décontenancé par cette forme inhabituelle qui donne une musique, un sens poétique au récit. Il n'y a pas de grandes péripéties ou de situations rocambolesques, mais ce livre n'en a nul besoin. Le récit du quotidien des deux sœurs est tellement bien abordé qu'il suffit à construire une histoire passionnante. J'ai même trouvé l'historie d'amour complètement secondaire.

    Malgré leur statut de jumelles, Grace et Tippi ont une personnalité très différente, ce qui les rend chacune attachante à leur façon et qui nous fait tant redouter l'issu de l'histoire... Je donnerai peu de détails à ce sujet pour ne pas spoiler les futurs lecteurs. Je dirai simplement que c'est une fin intense, ouverte, en quelque sorte, car on a peu d'éléments nous laissant deviner l'avenir des personnages. C'est aussi à ce moment que le titre prend tout son sens.

    Inséparables est un roman coup de poing, original et brillant. C'est un bel ode à la tolérance et à l'amour filial.

     

    Note

     

                                        Qu'est-ce que la mocheté?

                                         J'ai été dans tellement d'hôpitaux, j'en ai vu des
                                            horreurs :
                                         un gamin au visage à moitié fondu,
                                         une femme au nez arraché, aux oreilles
                                         pendantes
                                                   comme des tranches de bacon.

                                         C'est ça que les gens appellent moche.

                                         Pas moi.

                                         J'ai appris à être moins cruelle que ça.

                                         Mais je sais ce que Tippi veut dire.

                                         Les gens nous trouvent grotesques,
                                         surtout de loin,
                                         quand ils nous voient comme un seul être,
                                         ces deux corps distincts
                                                    qui se confondent,
                                                    tout à coup,
                                                    à la taille.

                                         Mais si on nous prenait en photo, juste tête et épaules,
                                         à partir de ces portraits,
                                         la seule chose que les gens remarqueraient, ce serait
                                            qu'on est
                                            jumelles,
                                                    l'une - moi - les cheveux mi-longs,
                                         l'autre -Tippi -un peu plus courts,
                                         le nez retroussé toutes les deux,
                                         sourcils exactement circonflexes.

                                         C'est vrai qu'on est différentes.

                                         Mais moches?

                                         Allez.

                                         Me faites pas rigoler.


    votre commentaire
  • "Les pluies", tome 2

     

    Auteur : Vincent Villeminot
    Éditeur : Fleurus
    Année de parution : 2017
    Format : broché
    Genre : dystopie
    Nombre de pages : 320

    Komolo, ville "refuge", située à peine au-dessus de la nouvelle mer formée par le Déluge. 300 000 survivants s'y entassent, depuis la catastrophe. De la Tour où on la garde enfermée, Lou a vu arriver Noah, Kosh et Ombre, les rescapés du paquebot, accompagnés de Chiloé. Avec Malcolm, elle parvient à se précipiter au pied des murailles... Mais il est déà trop tard : son amoureux et sa famille sont arrivés dans un hors-bord frappé de la tête de mort. Les jeunes gens sont accusés de piraterie. Désormais, une course contre la montre est engagée : il faut faire évader coûte que coûte Kosh et Noah. Quitte à frayer avec les trafiquants de la ville, à affronter les soldats, les prisons, la peur. Puis il faut fuir. Mais vers où? Vers les bois hantés de réfugiés, dans les montagnes de Kamachka? Ou vers Chaazam, repère de pirates, où les attend le dénouement?

    → Ma chronique du tome 1 est disponible ici

     Cette chronique contient des spoils du tome 1 

    A la fin du tome 1, nous laissions le groupe composé de Kosh, Noah et Chiloé bien amoché après une confrontation houleuse. Les dernières lignes du livre laissaient espérer des retrouvailles prochaines avec Lou et Malcolm. Mais si vous connaissez les œuvres de Vincent Villeminot, vous savez que ce sera loin d'être aussi facile...

    Dans ce tome 2, ce sont Lou et Malcolm les personnages principaux. On les retrouve dans un contexte qui fait comprendre que leurs conditions de survie n'ont pas été des plus faciles en l'absence de leurs frères et sœurs. En effet, dès le début du livre et ce jusqu'à la fin, on réalise qu'il y a bien plus hostile que la météo...

    J'ai trouvé que l'ambiance était beaucoup plus tendue dans ce tome et que cette tension était constante, tout particulièrement dans la première partie. On a vraiment peur pour tous les personnages. Rien ne les épargne.

    Ayant acquis un côté dégourdi dans les premiers chapitres, Lou retrouve malheureusement peu à peu son attitude empotée. En revanche, Malcolm se révèle! Plutôt discret au début de l'aventure et endossant uniquement le rôle du petit frère à protéger, on le découvre aussi débrouillard et courageux que son aîné. L'excitation nous gagne instantanément quand on le voit en action.

    La même construction du récit est conservée, à savoir un retournement brutal de situation dans les derniers chapitres et un danger qui est à son comble. Si la première fois j'ai été complètement entraînée dans cet engrenage de violence et de nervosité, je n'y ai pas été très réceptive cette fois-ci. Les tous derniers événements m'ont presque laissée de marbre. Cependant, je suis toujours aussi agréablement surprise de constater que je n'ai jamais deviné à l'avance la moindre péripétie. Prendre le lecteur par surprise semble d'une étonnante facilité chez Vincent Villeminot, et cela me plaît énormément.

    En somme, l'histoire reste addictive malgré ses petites imperfections. J'espère que Malcolm continuera de briller dans la suite des aventures car il est devenu officiellement mon personnage préféré! Pourvu que l'auteur les soumette encore tous à rude épreuve (sans trop les martyriser non plus).

     

    Note

           Un bruit contre la porte en bois de la grange l'éveilla en sursaut.

           Elle réalisa en un instant qu'il faisait jour, à travers les tuiles du toit. Qu'il pleuvait, de nouveau. Que Malcolm n'était plus là.
           Parti... Où était-il parti?
           Elle sentit la panique l'envahir. Il ne fallait surtout pas qu'ils se séparent. Pas eux.
           Le bruit, de nouveau, quelque part, celui qui l'avait éveillée -puis la porte grinça en s'ouvrant.
           Lou sortit, à quatre pattes, de l'endroit où ils s'étaient réfugiés pour dormir, entre les tonneaux de la mezzanine, jeta un œil vers le bas. Deux soldats venaient d'entrer dans la remise. Ils hésitèrent un instant, devant l'amoncellement d'engins agricoles, puis contournèrent un tracteur, entrèrent dans la pénombre, à quatre mètres sous elle. Elle réalisa au même instant que Malcolm avait laissé l'échelle appuyée sur la mezzanine, en quittant le refuge...


    votre commentaire
  • Auteur : Egerie
    Editeur : CreateSpace Independent Publishing Platform
    Année de parution : 2016
    Format : ebook
    Genre : fantasy
    Nombre de pages (en édition papier) : 266

    Le troisième Monde est menacé. Un puissant sorcier œuvre pour le plonger dans le chaos et les ténèbres en imposant sa domination. Mais la prophétie d'un mage ancien offre encore un espoir. Elle annonce la venue de trois héros. Habitants d'un tout autre monde, ils seront bientôt appelés à sauver celui de la Magie. Leur arrivée est imminente mais nul ne le sait encore. Nul ne sait qui ils sont. Les Elus, eux mêmes, ignorent que leur destin est déjà écrit.

    Dans les premiers chapitres de ce roman, j'étais plutôt sceptique. Dans un monde contemporain, on nous présente trois membres d'une même famille : deux sœurs jumelles et leur cousin ayant tous vingt ans. Pourtant, leurs différents agissements ainsi que leurs dialogues font très -trop- enfantins. Même si on peut encore conserver un côté enfant à cet âge, explorer une maison abandonnée et se disputer chaque objet anodin déniché semble peu crédible.
    Mais cette immaturité des personnages s'évapore presque soudainement dès qu'ils sont propulsés dans un nouvel univers. On prend progressivement plaisir à suivre le parcours de chacun. Le fait de passer d'un héros à l'autre à chaque chapitre donne un bon rythme au récit. Le style de l'auteure est vraiment très agréable. Il y a beaucoup de descriptions (ce qui est presque un élément obligatoire dans les romans de Fantasy), mais on sent l'auteure tellement à l'aise avec les mots et tellement habitée par son univers qu'on les apprécie et qu'on en redemande (ce qui est rarissime me concernant). La profusion de créatures sorties des légendes de la Fantasy rendent le monde d'Egerie encore plus réel et authentique.
    Malgré cela, certains détails du récit m'ont dérangée. Puisqu'il y a trois personnages principaux, j'aurais aimé percevoir trois personnalités bien définies. Or, Lucie et Marie et José ont souvent les mêmes réactions face aux obstacles et aux individus. Aucun n'est déstabilisé dans ce monde où la magie règne en maîtresse, ils acceptent très bien la responsabilité de devoir sauver le monde, etc. Ceci est d'autant plus flagrant quand on constate qu'ils vivent les mêmes événements : rencontre avec un personnage du sexe opposé, apprentissage expéditif avec un être humain plus âgé, course poursuite avec un être malfaisant, etc. C'est très répétitif; dommage qu'il n'y ait pas plus de diversités dans les péripéties. Enfin, les héros sont bienheureux de ne rencontrer que des gens qui n'en ont pas après leurs médaillons; aucun inconnu n'a de mauvaises intentions. Tant mieux pour eux, mais c'est un peu simple.

    Pour résumer, malgré plusieurs maladresses dans la composition de l'histoire, les talents d'écriture de l'auteure rendent ce livre agréable. Pour un premier roman, c'est plutôt réussi et très encourageant pour la suite de la carrière d'Egerie.
    Merci à l'auteure pour sa confiance et à Simplement Pro.

     

    Note

     

           José peinait à se souvenir des événements survenus dans les bois et la demeure mystérieuse, et préférait croire à un rêve surréaliste. Une fois son mal de tête estompé, il voulut découvrir son environnement, mais sa vue était trouble. Instinctivement, il se mit à la recherche de ses lunettes, persuadé de les avoir perdues durant l'étrange tempête. Comme il tâtonnait le sol autour de lui pour les retrouver, elles lui glissèrent sur le bout du nez. Son trouble visuel était donc dû à autre chose.

           "Bizarre!" songea-t-il.

           José entreprit de les nettoyer. Sans doutes étaient-elles ternies par la poussière. Mais, en les ôtant, il ne put constater que, d'une façon incompréhensible et extraordinaire, sa vue devenue nette lui permettait désormais de voir distinctement sans leur assistance. Bien plus encore, José se sentait étrangement différent, changé, sans parvenir à déterminer la nature de ces changements. Plus inexplicables encore, les égratignures causées par les ronces des bois se portaient disparues de ses bras, mais ce détail lui échappa.
           Sans se laisser troubler d'avantage par ce curieux phénomène, tout au moins positif pour lui, il rangea ses lunettes dans sa poche.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique