• Timide

     

    Auteur : Sarah Morant
    Editeur : Hachette romans
    Format : ebook
    Année de parution : 2016
    Genre : romance
    Nombre de pages : 351

    Timide

    Discrète, discrète, discrète... Parce que c'est tellement plus facile de fuir le jugement des gens plutôt que de l’affronter en face. Réservée, réservée, réservée... Parce qu'elle se sent tellement mieux en faisant comme si rien ne s'était passé. Aimée, aimée, aimée... Parce qu'il va entrer dans sa vie, et tout bouleverser tel un jeu de quilles... Une fille timide peut cacher tellement plus. Il faut juste qu'une personne prenne la peine de le découvrir.

    Timide

    Cette lecture a été particulièrement laborieuse pour moi. J'ai bien conscience que l'auteure est très jeune et cela rentre en compte dans la critique que je m'apprête à développer.

    Eleonore est une adolescente rousse aux yeux vairons dont le mutisme est essentiellement dû aux épreuves que la vie lui a fait traverser. A l'aise, seule au fond de la classe, elle va être abordée par Jason, le nouvel élève du lycée. Malheureusement, celui-ci va se retrouver face à un mur, et cela ne va que l'encourager d'avantage à côtoyer la jeune fille... Car oui, Jason est un "rebelle" qui considère les filles comme ses "victimes", comme des trophées; un personnage moins stéréotypé aurait été plus agréable à découvrir. D'autant plus que le deuxième personnage masculin essentiel à l'intrigue, Tyler, ne s'en sortira pas mieux car il sera qualifié tout au long du livre "d'intello". Le noir et le blanc; les deux opposés parfaits. N'oublions pas les personnages obligatoires de la mégère bimbo du lycée et la copine fofolle... Même si la personnalité d'Eleonore est un peu plus travaillée, le gros souci que j'ai avec ce personnage, c'est qu'elle est très naïve et indécise : on peut parfaitement être timide, réservée et pourtant comprendre quand un garçon nous fait des avances. Durant toute l'histoire, elle se fait embrasser, câliner, prendre la main par les deux rivaux qu'elle se force pourtant à voir uniquement comme des amis. Quelques coups de pieds aux fesses auraient été les bienvenus! D'autant plus que Tyler et Jason acceptent de se partager la demoiselle et de la voir fuir en permanence sans rechigner; beaux princes mais situation peu crédible. Je terminerai sur les personnages en disant que la relation d’Éléonore avec son petit frère m'a beaucoup gênée. La façon dont elle le surprotège et les termes affectifs qu'elle emploie à son égard sont trop poussés.

    Concernant l'histoire, le début était prometteur. L'idée d'avoir comme héroïne une adolescente à la timidité maladive confrontée à ses premiers émois amoureux. Même si la présentation du personnage de Jason le rebelle fait craindre de tomber dans une histoire sans grande originalité, j'ai trouvé que l'intrusion de Tyler relançait l'intrigue et pouvait peut-être promettre quelques surprises. Mais hélas non. A partir du moment où Éléonore doit être partagée quotidiennement entre les deux garçons, le scénario devient une suite d'éléments répétitifs : rencart avec Jason, questionnement intérieur, rencart avec Tyler, questionnement intérieur, textos avec Jason, questionnement intérieur, souvenirs du passé avec Tyler, questionnement intérieur, etc. Je pense que l'histoire aurait pu être étoffée et une centaine de pages supprimées pour gagner en intensité et ne pas trop se perdre dans les doutes de chacun qu'on connaît depuis le début.

    Le point positif que je retiendrai, c'est que l'écriture est fluide, propre et légère. Même si les points de vue des garçons auraient mérités d'être rédigés à la première personne, je trouve que la plume de Sarah Morant est prometteuse.

    Ce livre trouvera certainement son public dans un lectorat de jeunes filles. Pour ma part, j'aimerais découvrir prochainement Sarah Morant dans un récit plus complexe et plus mature.

     

    Note 

    Timide

    Timide

            Au fond, je sentais que tout mon quotidien déraillait, mes amis se déchiraient... Tous les problèmes s'enchaînaient et je restais là, comme installée devant une télévision. Il était temps que j'entre dans le film.
               Je posai ma tête contre sa main lorsque celle-ci effleura ma joue. C'était ma manière de m'excuser. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi, mais je le blessais en retrouvant Jason.

                    Comme je blessais Jason en  restant avec Tyler.


    votre commentaire
  • Chroniques lunaires, tome 0.5 : "Il était une fois... Cinder"

    Chroniques lunaires, tome 0.5 : "Il était une fois... Cinder"

    Auteur : Marissa Meyer
    Editeur : 12-21
    Série : Chroniques lunaires
    Format : ebook
    Année de parution : 2013
    Genre : nouvelle
    Nombre de pages : 41

    Chroniques lunaires, tome 0.5 : "Il était une fois... Cinder"

    À tout juste 11 ans, Cinder découvre New Bejing et sa nouvelle famille. De l'Europe et de ses vrais parents, elle n'a aucun souvenir. Elle ne sait d'eux que ce que son beau-père lui a appris : ils sont morts dans un accident qui a aussi failli lui coûter la vie. Pour la sauver, les médecins ont dû lui greffer une main et une jambe de robot. Cinder a des difficultés à s'habituer à son nouveau corps de cyborg. Sans parler des informations encyclopédiques qui sont projetées dans son champ de vision sitôt qu'elle est confrontée à une situation inconnue.
    Si elle se lie facilement d'amitié avec ses nouvelles sœurs, Pearl et Peony, Cinder comprend très vite que sa belle-mère ne l'accueille pas de gaieté de cœur. Et le drame qui menace sa famille d'accueil ne va rien arranger...

    Chroniques lunaires, tome 0.5 : "Il était une fois... Cinder"

    Le résumé de cette nouvelle est quasiment aussi long que la nouvelle elle-même. Sur les 40 pages annoncées, seule la moitié est consacrée à l'arrivée de Cinder dans sa famille adoptive; le reste est un extrait du tome 2.
    Difficile donc de critiquer 20 pages de récit... Je pense tout simplement que l'auteur aurait pu se passer de ce prélude. Le peu qui est raconté ne nous apprend rien sur la vie de Cinder. La rencontre avec les différents membres de sa famille est telle que n'importe qui peut l'imaginer : froide avec sa belle-mère et la fille aînée, joviale avec la plus jeune. J'aurais intimement aimé qu'il se tisse un lien particulier entre Cinder et son beau-père mais il n'en est rien : l'homme est très effacé, limite transparent.
    Aucun détail du récit n'est développé en profondeur, aucun secret n'est révélé. Le premier contact avec Iko n'a rien d'exceptionnel et la fin brutale qui était déjà évoquée dans Cinder n'offre aucune information inédite. Le sentiment que j'ai ressenti à la lecture de la dernière phrase c'est : "c'est tout?!"
    Gagnée par la frustration, j'ai lu les deux chapitres extraits du tome 2. On découvre une héroïne au caractère bien trempée inquiète à cause de la disparition de sa grand-mère. On comprend que les événements qui la concernent se déroulent après ceux de Cinder mais la fin de l'extrait ne nous en révèlent pas beaucoup plus; cette fois, en revanche, c'est l'excitation qui naît. On nous laisse en suspend à la fin d'une scène mouvementée dans un restaurant où les personnages principaux font une apparition très remarquée. C'est une excellente mise en bouche!
    Ce qu'il me reste de cette lecture dans sa globalité, c'est un sentiment de trop peu.

     

    Note

    Chroniques lunaires, tome 0.5 : "Il était une fois... Cinder"

    Chroniques lunaires, tome 0.5 : "Il était une fois... Cinder"

    - Cinder, continua l'homme, je te présente ma fille aînée, Pearl, et ma cadette, Peony. Et voici mon adorable épouse, Adri. Ta nouvelle belle-mère.

            Elle examina les deux fille à travers le rideau de ses cheveux châtains. Toutes deux paraissaient fascinées par sa main en métal. Cinder aurait voulu disparaître dans le sol. La plus jeune, Peony, lui demanda : 

    - Est-ce que ça t'a fait mal, quand on te l'a installée?

            Ayant retrouvé l'équilibre, Cinder lâcha l'homme et plaqua sa main contre son flanc.

    - Je ne m'en souviens pas.
    - Elle n'était pas consciente pendant l'opération, Peony, expliqua l'homme.
    - Je peux toucher? demanda la jeune fille, en avançant les doigts.
    - Ca suffit, Garan. On nous regarde.

           La voix aigre fit sursauter Cinder, mais sa "belle-mère" ne les regardait pas. Elle fixait plutôt la maison de l'autre côté de la rue.
           Garan. Voilà comment il s'appelait. Cinder mémorisa le nom, puis suivit le regard d'Adri. Un homme les observait, derrière la fenêtre d'en face.

     


    votre commentaire
  • Chroniques lunaires T.1 : "Cinder"

    Chroniques lunaires T.1 : "Cinder"

    Auteur : Marissa Meyer
    Éditeur : Pocket Jeunesse
    Série : Chroniques lunaires
    Format : poche (livre gratuit)
    Année de parution : 2013
    Genre : Romance, Science-Fiction
    Nombre de pages : 414

    Chroniques lunaires, tome 1 : "Cinder"

    Humain et androïdes cohabitent tant bien que mal dans la ville de New Beijing.
    Une terrible épidémie ravage la population.
    Depuis l'Espace, un peuple sans pitié attend son heure....
    Personne n'imagine que le salut de la planète Terre repose sur Cinder, brimée par son horrible belle-mère. Car la jeune fille, simple mécanicienne, mi-humaine, mi-cyborg, détient sans le savoir un secret incroyable, un secret pour lequel certains seraient prêts à tuer...

    Chroniques lunaires, tome 1 : "Cinder"

    J'ai commencé cette lecture avec appréhension à cause de deux points. Le premier est que la science-fiction n'est pas un genre littéraire que j'affectionne beaucoup. Le deuxième est que les sagas adulées par un grand nombre de lecteurs me font fuir car mon avis se rallie très rarement à la majorité.

    Le personnage de Cinder est présenté dès les premières lignes du livre. L'auteur ne se perd pas dans une description d'un royaume à la politique complexe, ce qui est d'emblée un gros point positif. Le lecteur comprend aisément au fur et à mesure dans quel contexte l'histoire se déroule, à savoir notre géographie actuelle, perturbée de multiples conflits internationaux. On peut apparenter la ville fictive de New Beijing à Pékin.

    Cinder est une héroïne forte, courageuse, qui travaille en tant que mécanicienne pour pouvoir subvenir aux besoins de sa famille adoptive composée de sa détestable belle-mère Adri et de ses deux filles, Pearl et Peony. Dès le début du roman, la jeune cyborg a les mains dans le cambouis et se visse un nouveau pied en métal. On est totalement aux antipodes du cliché de l'héroïne naïve, gracieuse et belle comme le jour!

    On assiste donc aux aventures de cette héroïne atypique sur fond du conte de fée mondialement connu; et en même temps, avec le danger d'une épidémie de maladie mortelle et la menace d'une guerre extraterrestre, on est loin de la belle histoire de princesse! Les détails essentiels du conte sont identifiables et réinventés sans maladresse dans ce monde où la robotique régit toutes les populations. On découvre également des vaisseaux spatiaux, des laboratoires scientifiques au matériel de pointe, etc. Cinder est elle-même un vrai bijou technologique; certaines de ses capacités nous rendraient même presque envieux. Mais malgré ses compétences, un événement tragique va faire tout basculer. A partir de là, le lecteur passe par toutes les émotions : tristesse, colère, surprise, excitation... La narration est vraiment fluide, sans fioriture. On ne s'ennuie jamais!

    Les personnages "méchants" sont vite identifiés. La reine Levana m'a fait penser à la reine de Blanche-Neige, avec son obsession pour la beauté et les miroirs. J'ai hâte d'en découvrir plus sur elle car j'aimerais que sa cruauté soit "justifiée" et qu'elle ne soit pas juste la super méchante de la saga. Même survolé, la personnalité du prince est globalement exposée : un jeune prince exemplaire, juste et dévoué. Pourtant derrière cette allure d'homme parfait, on sent qu'il rêve de sortir de sa prison protocolaire et que Cinder est justement la clé de cette échappatoire. Ce qui me plaît dans leur romance, c'est que l'auteur n'invente pas des tonnes de rencontres hasardeuses : les deux personnages se rencontrent peu; cela ne fait qu'intensifier la tension amoureuse qui règne entre eux. Les personnages secondaires sont également travaillés en profondeur; j'ai notamment une grande affection pour Iko l'androïd.

    Même si j'ai compris la révélation finale dès le début du roman, les diverses révélations et péripéties m'ont tenue en haleine tout le long de la lecture et le côté science-fiction est suffisamment modéré pour ne pas rebuter les lecteurs qui n'y sont pas habitués. C'est une lecture que je recommande très vivement aux adolescents comme aux adultes pour son originalité et son écriture particulièrement efficace!

     

    Note :

    Chroniques lunaires, tome 1 : "Cinder"

    Chroniques lunaires, tome 1 : "Cinder"

           Comme il ne disait plus rien, elle se risqua à lever les yeux vers lui. Il contemplait ses mains. Cinder les croisa d'un geste vif sur sa poitrine, en vérifiant que ses gants étaient bien enfilés.
    - Vous ne les enlevez donc jamais? s'étonna-t-il.
    - Non.
            Kai pencha sa tête sur le côté en la scrutant, comme s'il pouvait voir jusqu'à la plaque en métal à l'arrière de son crâne. L'intensité de son regard ne faiblit pas.
    - Je crois que vous devriez venir au bal avec moi.
           Elle se tordit les doigts. Il paraissait beaucoup trop sincère et sûr de lui. Elle avait les nerfs à vif.
    - Par les étoiles! grommela-t-elle. Vous ne me l'avez pas déjà demandé?
    - J'espère obtenir une réponse plus favorable, cette fois. Il semble que je sois de plus en plus désespéré.
    - Charmant.
           Kai fit la moue.
    - S'il vous plaît...?
    - Pourquoi?
    - Pourquoi pas?
    - Je veux dire : pourquoi moi? 


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique