• Le grand jour

     

    Texte / Dessin : François Roussel
    Éditeur : Glénat
    Collection : p'tit Glénat
    Année de parution : 2017
    Format : format moyen, couverture rigide
    Nombre de pages : 32
    Tranche d'âge : à partir de 3 ans

    C'est un grand jour pour la petite coccinelle. Elle doit apprendre à voler de ses propres ailes mais elle a peur... très très très peur...

    Sa maman réussira-t-elle à lui faire prendre son envol ?

    Comme le laisse deviner la couverture, cette petite coccinelle est vraiment toute mignonne. Les traits sont simples, la police d'écriture l'est tout autant et donne un sentiment de légèreté. Le jeu de couleur entre le noir, le blanc et le rouge vif est très joli, et les yeux de l'héroïne grands ouverts sur le monde lui donnent un air très expressif. On le voit notamment à sa réaction quand sa maman lui dit qu'il est grand temps de voler. Elle fond en larmes et donne à sa mère une énumération de choses qui la terrifient. La maman cède pour cette fois... consciente pourtant qu'elle n'est pas si loin du but.

    L'histoire est gentillette, la fin amusante. Cet album est idéal pour encourager les têtes blondes qui ont peur de se lancer dans l'inconnu et de "voler de leurs propres ailes".

     

    Note

    Le grand jour

    (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire
  • Alya et les trois chats

    Texte : Amina Hachimi Alaoui
    Dessins : Maya Fidawi
    Éditeur : Yanbow al kitab
    Année de parution : 2017
    Format : grand format, couverture rigide
    Nombre de pages : 32
    Tranche d'âge : à partir de 3 ans

    Minouche, Pacha et Amir, trois petits chats, observent le ventre de Myriam qui grossit de jour en jour. Ils se posent plein de questions sur ce que l'arrivée de bébé Alya va changer dans leur vie. Inquiets et jaloux du nouveau venu, ils font tout pour attirer l'attention des parents.

    Impossible de ne pas tomber en adoration devant ces trois petits héros à moustaches. Ces boules de poils qui passent leurs journées à jouer et câliner leur maîtresse se posent des questions quand le ventre de celle-ci s'arrondit. Quand elle revient à la maison avec son bébé Alya, elle s'occupe à peine d'eux et les chats en sont inquiets et peinés. Myriam va-t-elle les délaisser?

    Les dessins sont simples, peu chargés et très jolis, les textes clairs et concis. Par le biais des trois chats, l'album retranscrit avec exactitude les inquiétudes que pourraient avoir les grands frères et sœurs à la venue d'un petit nouveau dans la famille. Au passage, le décor arabe offre un dépaysement sympathique.

    L'idée d'utiliser la relation maître/animal pour développer ce sujet est intéressante, et les trois petits chats sont vraiment trop mignons. Cet album mérite de ne pas passer inaperçu.

     

    Note

    Alya et les trois chats

     (cliquer sur l'image pour la voir en grand)
    pardon pour l'énorme doigt qui empiète sur l'image...


    votre commentaire
  • Tout ce qu'une maman ne dira jamais

     

    Texte : Noé Carlain
    Dessin : Ronan Badel
    Éditeur : L'élan vert
    Année de parution : 2015
    Format : grand format, couverture rigide
    Nombre de pages : 32
     Tranche d'âge : à partir de 3 ans

    Mon lanceur de petits pois, j'adore quand tu joues avec la nourriture!

     Tout est dit dans le titre : cet album original fait une liste de consignes qu'une maman  ne dirait jamais; ces phrases sont l'exact opposé de ce qu'une maman a l'habitude de répéter. Chaque phrase est illustrée et mise en action par un petit garçon et son chat, héros du livre. Le tout est un régal, bourré d'humour. A chaque page tournée, on se dit que ce serait quand même chouette si nos mamans donnaient toutes ces permissions au lieu d'interdire plein de choses et de donner des ordres. Heureusement, loin d'envoyer un message de rébellion aux têtes blondes, cet album se termine par une morale bienveillante et toute en tendresse.
    J'ai vraiment eu un gros coup de cœur pour les illustrations. Ce petit garçon aux cheveux en pétard est très expressif, comme son camarade de bêtises : le chat. La composition des images est très simple, peu chargée et pourtant l'envie de rire est là; la prouesse est d'autant plus remarquable que sur une bonne partie des images, seules quelques parties du corps de l'enfant sont visibles. Tout est dans la suggestion et cela fonctionne très bien.
    Lecture de circonstance en cette période de fête des mères, cette histoire sympathique rappelle avec humour que, malgré leurs remontrances, les mamans sont aimantes et il se passerait beaucoup de catastrophes si elles n'étaient pas là.

     

    Note : 

    Tout ce qu'une maman ne dira jamais

    (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire
  • Le chat

    Le chat

    Texte/Dessin : Charlotte Mollet
    Éditeur : Rouergue
    Année de parution : 2017
    Format : format moyen, couverture rigide
    Nombre de pages : 18
    Tranche d'âge : à partir de 3 ans (selon l'éditeur), à partir de 8 ans (selon moi)

    Le chat

    Dans cet album, on tente de donner un nom à un chat, libre et majestueux. Mais comme dans le conte traditionnel vietnamien, plus le nom qu'on souhaite lui donner est imposant comme "ciel" ou "lune" et plus l'élément peut être déjoué par un élément encore plus fort. Finalement, un chat et un chat et puis c'est tout. Les illustrations de Charlotte Mollet, en gravure, en font un album à la fois simple et mystérieux.

    Le chat

    Merci à Babelio et aux éditions Rouergue pour l'envoi de ce livre dans le cadre d'une "Masse Critique".

    Etant une grande amoureuse de ce félin, j'ai choisi cet album sans hésiter. Comme dit dans le résumé, la couverture est effectivement simple : un titre clair et concis et un dessin de l'animal dans des couleurs brutes sans nuances (contrairement à l'image que j'ai publiée ci-dessus, le chat est du même bleu que la bande). Ces couleurs seront d'ailleurs les seules utilisées dans le livre.
    A la toute première page, on découvre une strophe construite comme un poème destiné à cet animal domestique qui fait le bonheur de beaucoup d'Hommes. Ces quelques lignes et la gravure qui les accompagne sont très agréables mais malheureusement, le reste du livre ne suit pas. Chaque double page est composée d'une phrase du narrateur cherchant un nom pour ce chat et d'une illustration représentant une vue rapprochée de plusieurs parties du corps du chat. Le résultat est très abstrait et ne me parle pas beaucoup. Je suis d'ailleurs sceptique sur l'âge d'accessibilité donné par l'éditeur. Le texte est construit sur un système de gradation difficilement compréhensible pour de jeunes lecteurs, tout comme les dessins trop "stylisés".

    Il faut bien admettre que Charlotte Mollet a "une patte", un style bien à elle qui sort des sentiers battus de l'album jeunesse habituel, mais peut-être est-ce trop décalé...

     

    Note

    Le chat

    Le chat

    Le chat

     (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire
  • Dis Ours, tu dors?

     Dis Ours, tu dors?

    Scénario : Jory John
    Dessin : Benji Davies
    Editeur : Little Urban
    Année de parution : 2017
    Format : Grand format, couverture rigide
    Nombre de pages : 32
    Tranche d'âge : à partir de 3 ans

    Dis Ours, tu dors?

    Ours tombe de sommeil. Il aimerait tellement passer une bonne nuit. Canard, son voisin, est particulièrement en forme. Il aimerait tellement un peu de compagnie. Et s'il allait voir Ours? Un duo hilarant et une belle histoire du soir illustrée par le très talentueux Benji Davies.

    Dis Ours, tu dors?

    J'aime tellement Benji Davies! Ces illustrations d'albums jeunesse sont top! Regardez cette couverture : on est déjà en train de sourire. Et ce n'est que le début.
    Ours, avec ses yeux cernés, dans sa maison bleu nuit, est mort de fatigue. Il est temps qu'il aille dormir. Canard, lui, s'ennuie dans sa maison jaune pétant. Son idée est donc, bien entendu, d'aller embêter son pauvre voisin. Mais celui-ci ne va pas se laisser faire...
    On est face à un binôme à la Laurel & Hardy : le gros mammifère lent et poilu et le petit animal à plumes survolté; deux parfaits opposés. L'histoire est simple à comprendre d'une part car il n'y a que des dialogues sans description et d'autre part car Benji Davies a ce talent de faire passer beaucoup de choses par le dessin. On a souvent affaire à deux illustrations en face à face quand les deux héros sont séparés, et quand ils se retrouvent (car le palmipède est très têtu), plein de petites représentations du canard se succèdent sur une même page pour accélérer le rythme de l'histoire. Il nous épuise autant qu'il épuise Ours. Cependant, le sentiment qui domine est bien évidemment l'envie de rire; encore plus quand on découvre la chute de l'histoire qui est insoupçonnable.
    Cette histoire ravira les jeunes lecteurs. Elle pourra peut-être même donner une leçon aux petits insomniaques et arracher un sourire aux parents en manque de sommeil.

     

    Note

    Dis Ours, tu dors?

    Dis Ours, tu dors?

    Dis Ours, tu dors?

    (cliquer sur l'image pour voir en grand)

    Pardon pour le manque de netteté...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique