• Shelton & Felter, tome 1

     

    Dessin / Scénario : Jacques Lamontagne
    Couleurs : Scarlett Smulkowski
    Éditeur : Kennes
    Année de parution : 2017
    Genre : BD adulte
    Nombre de pages : 56

    Boston, États-Unis, 1924. Isaac Shelton est un ex-boxeur, jeune journaliste à la plume encore mal dégrossie, qui traque le fait divers à la recherche du scoop qui pourrait booster sa carrière. Thomas Felter est quant à lui un libraire d'un certain âge, vivant seul avec ses chats, grand amateur de littérature policière et qui a aiguisé à travers ses lectures un esprit analytique hors du commun. Quand Shelton rencontre Felter, le premier convainc le second de l'aider à résoudre les grands mystères de la ville, ce qui lui permettra de pondre l'article qui fera de lui un journaliste reconnu.

    Le duo d'apprentis détectives présenté dans cette nouvelle série BD reprend des schémas très classiques : Thomas Felter est "la tête" : un petit libraire aux journées réglées comme du papier à musique, hypocondriaque et esclave de ses nombreux chats; Isaac Shelton est "les muscles" : ancien boxeur reconverti dans le journalisme, dont les fins de mois sont des plus compliquées. J'ai tout de même un petit coup de cœur pour Felter et ses petites manies. Shelton a une personnalité plus classique et on connaît peu de choses sur lui pour le moment; à mon sens, c'est le moins légitime des deux enquêteurs, même si sa motivation pour écrire un brillant article n'est plus à prouver.

    Habituellement, je ne suis pas attirée par les livres policiers, mais j'avais envie de lire quelque chose qui sorte de mes genres de prédilection.
    L'histoire se passe dans les Etats-Unis des années 20, en plein milieu de la Prohibition (interdiction de vendre de l'alcool). Ce contexte est habilement exploité dans la BD, ainsi qu'un événement historique moins connu mais pourtant avéré : l'inondation de la mélasse à Boston en 1919. Toutes ces vraies anecdotes brillamment utilisées donnent naissance à une enquête solide et palpitante qui tient en haleine du début jusqu'à la fin. Certaines planches font croire qu'on pourrait basculer dans le fantastique mais il n'en est rien (dans cette première affaire en tout cas). Je n'ai vraiment pas vu le temps passer durant ma lecture et j'ai hâte de retrouver prochainement nos deux héros.

    Un cahier graphique est disponible à la fin de la BD avec différentes anecdotes sur la création de la BD et les nombreux déboires qu'a subit Jacques Lamontagne. Vous pourrez également admirer la splendide couverture qu'il a colorisée, mais finalement abandonnée car trop en décalage avec la technique de coloration des planches de Scarlett Smulkowski.

    Cette BD est une belle surprise et un coup de cœur! J'espère que la suite sera tout aussi réussie.

     

    Note

    Shelton & Felter, tome 1

    (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire
  • Au taf

    Texte / Dessin : Vaïnui de Castelbajac
    Éditeur : Delcourt / Tapas
    Année de parution : 2017
    Genre : BD humour
    Nombre de pages : 128

     Recrutements, réunions, fusions, fêtes de fin d'année, collègues envahissants, Vaïnui invente un quotidien absurde qui fait pourtant écho à des situations bien réelles. On s'amuse des aventures et mésaventures d'un patron impitoyable et de ses employés malmenés, et de leurs échanges francs et grinçants ! Mais la partie bonus, "Bêtes de travail", consacrée aux animaux, déborde de tendresse !

    Les patrons tyranniques ont enfin droit à leur BD!

    Même si votre patron est un amour et que vous ne vous sentez pas concerné par le sujet principal de cette oeuvre, vous vous reconnaîtrez peut-être dans l'addiction à la machine à café ou dans les réunions qui partent dans tous les sens. On a bien évidemment affaire à de l'humour noir agrémenté de beaucoup de cynisme. Le tout est extrêmement drôle. Certes pages, en juste un dessin et une phrase, donnent immédiatement le sourire.

    Pour ceux qui ne seraient pas adeptes de cet humour avec critique des conditions de travail sous-jacentes, la dernière partie du livre présente le même type de gags mais adapté aux animaux. On est beaucoup plus dans l'absurde, mais me concernant, c'est toujours aussi efficace, voire encore plus.

    Les décors de bureau sont facilement reconnaissables, les dessins proches de la caricature, et le contour des vignettes comme tracé à main levée donne un effet léger, non conformiste.

    Pour moi c'est le genre de livre humoristique diablement efficace et dont je ne me lasserai jamais. Et je ne me plaindrai plus jamais de mes conditions de travail!^^

     

    Note

    Au taf

     (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire
  • Frnck, tome 2

     

    Scénario : Olivier Bocquet
    Dessin : Brice Cossu
    Éditeur : Dupuis
    Année de parution : 2017
    Genre : BD tout public
    Nombre de pages : 56

    "Frnck", c'est l'histoire de Franck, un orphelin de 13 ans parti à la recherche de ses parents et qui se retrouve propulsé en pleine préhistoire.

    Après avoir réussi à se faire accepter par une tribu d'Homo sapiens, Franck décide d'apporter un peu de modernité dans la vie de sa famille d'adoption. Puisqu'il en a marre de manger de la viande crue, il tente de persuader Grrr (prononcez «Gérard»), le chef de la bande, de domestiquer le feu. Mais ses tentatives à base de bois secs et de silex frottés l'un contre l'autre font long feu et ne suscitent que moqueries et mépris de la part des hommes préhistoriques, assez rétifs aux progrès technologiques. Quand Franck arrive enfin à ses fins, c'est pour asphyxier la moitié de la tribu. Pour Gérard, c'en est trop ! Franck est chassé de la tribu, vu ses inventions loufoques et foireuses (le savon, la roue, le football...) et sa totale inutilité au sein du groupe. Il ne pourra revenir qu'à une condition : en prouvant ses qualités de chasseur ! Franck part donc sur la piste d'un gibier facile à attraper. Il tombe sur un petit lapin trop mignon qui devrait constituer une proie facile. Mais l'animal et ses compagnons vont se révéler des prédateurs redoutables pour le naïf gamin...

    Franck essaie tant bien que mal de survivre dans un monde sans réseau et sans pizza... De plus, sa famille préhistorique est réfractaire face à toutes les avancées technologiques qu'il leur présente maladroitement. Car oui, c'est une évidence, Franck est terriblement gaffeur. Les gags sont très nombreux et font mouche à chaque fois. Les expressions de visage des personnages y sont pour beaucoup, ainsi que la prouesse de faire surgir l'humour en plein moment critique.

    L'aventure et le suspens sont, eux aussi, autant présents que dans le premier tome. Entre la famille rousse qui veut récupérer sa caverne, la nature hostile et les nombreux prédateurs, le danger est partout pour notre adolescent du XXIe siècle. Heureusement, Franck peut toujours compter sur sa nouvelle amie Kenza pour l'accompagner dans toutes ses péripéties; bien que la demoiselle risque, elle aussi, de ne pas détecter le danger quand il se présente...

    Concernant le dessin, le trait est propre, les couleurs très vives et les décors époustouflants. Un vrai plaisir pour les yeux.

    Bref, c'est un tome très rythmé, sans flottement, et avec un humour décapant. La série est décidément très prometteuse, donc si vous ne l'avez pas encore lue, c'est le temps de vous y mettre!

     

    Note

     Frnck, tome 2

    (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire
  • Bergères Guerrières, tome 1

    Scénario : Jonathan Garnier
    Dessin : Amélie Fléchais
    Éditeur : Glénat
    Année de parution : 2017
    Genre : tout public, fantasy
    Nombre de pages : 72

    Voilà maintenant dix ans que les hommes du village sont partis, mobilisés de force pour la Grande Guerre. Dix ans qu'ils ont laissé femmes, enfants et anciens pour un conflit loin de chez eux... La jeune Molly est heureuse car elle peut enfin commencer l'entrainement pour tenter d'entrer dans l'ordre prestigieux des Bergères guerrières : un groupe de femmes choisies parmi les plus braves, pour protéger les troupeaux mais aussi le village ! Pour faire face aux nombreuses épreuves qui l'attendent, Molly pourra compter, en plus de son courage, sur Barbe Noire, son bouc de combat, mais également sur l'amitié de Liam, le petit paysan qui rêve aussi de devenir Bergère guerrière même si ce n'est réservé qu'aux filles...

    Entre Dragons et Rebelle, Bergères guerrières raconte l'odyssée d'une jeune héroïne qui va vivre de grandes aventures dans un univers médiéval-fantastique inspiré des légendes celtiques. Une histoire attachante, tout public, qui fait la part belle aux liens familiaux et communautaires, portée par un graphisme chaleureux et un scénario riche en humour et en rebondissements.

    Dès que j'ai vu la couverture, j'ai su que cette BD me plairait : un titre à la fois drôle et promettant une aventure 100% filles, des personnages originaux et courageux et un décor sauvage.
    L'atmosphère brumeuse et les couleurs froides des paysages m'ont immédiatement fait penser à un territoire viking même si ce n'est jamais mentionné. Le dessin est vraiment très original; ce que j'ai aimé par dessus, ce sont ces personnages très expressifs : ils crient, ils boudent , ils ont peur, ils sont tristes, déterminés... Certains visages sont à mourir de rire!
    L'histoire, par certains côtés, n'a rien d'original; pourtant, certains détails le sont. Par exemple, qui dit bergères dit forcément moutons, boucs et autres bêtes cornus en guise de montures. Je trouve que Barbe Noire, le mouton de l'héroïne, dégage malgré tout une certaine noblesse.
    Molly est une petite rouquine qui vit seule avec sa mère depuis le départ des hommes. C'est une jeune fille courageuse, qui n'a pas froid aux yeux, qui a un franc parler et qui est des fois même un peu vantarde. Elle évolue et s'entraîne au milieu de ses amies (et ennemies) et auprès du téméraire Liam, déterminé à intégrer les Bergères Guerrières.
    Malgré l'absence de fortes figures masculines, j'aime que ces dames et demoiselles forment un groupe très familial : chaque femme enseignant une discipline est toujours la mère d'une élève ou la tante d'une autre.
    Au final, les petites guerrières forment un groupe dynamique et haut en couleurs qui promet de drôles d'aventures dans les tomes à suivre.

     

    Note

    Bergères Guerrières, tome 1

    (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire
  • Les beaux étés, tome 3

    Scénario : Zidrou
    Dessin : Jordi Lafebre
    Éditeur : Dargaud
    Année de parution : 2017
    Genre : adulte
    Nombre de pages : 56

    1992, les années ont passé, le jeune couple est maintenant à la retraite, la petite Pépète est devenue une jeune fille et la 4L est à vendre... L'occasion de se remémorer l'année 1962, leurs toutes premières vacances à son bord en compagnie... des beaux-parents. Les vacances avec Yvette-la-parfaite et Gros-Papy seront plus gastronomiques que bucoliques... en direction de Saint-Étienne !

    Que j'aime cette série! C'est émouvant, c'est nostalgique, c'est drôle... D'ailleurs, plus on avance, plus les tomes gagnent en humour. Je me demande déjà ce que cela donnera dans le prochain.

    Comme dit dans le résumé, le début de la BD présente une courte scène se déroulant en 1992, quand le couple vend la 4L; la 4L avec laquelle ils sont allés en vacances... en 1962! Pour ceux qui ont lus les anciens tomes, on est 7 ans avant le tome 2. Il n'y a pour l'instant que deux enfants dans la famille belge, le père, Pierre, s'imagine déjà devenir un grand dessinateur de BD, et déjà à cette époque il retardait le jour de départ en vacances pour finir un projet professionnel. Quand ils peuvent enfin partir, on découvre qu'ils emmènent aussi les parents de Madame : Yvette et son guide Michelin (qui forment un tout), et son mari ventripotent et surprotégé depuis qu'il a fait une attaque. Cela va finir par devenir, non pas des vacances en famille, mais les vacances d'Yvette qui va avoir le dernier mot pour choisir le trajet, la destination et où dormir et manger.
    Je n'ai pas trop envie de vous gâcher la surprise de la suite mais c'est à mourir de rire! J'ai tout particulièrement aimé les scènes au restaurant et les répliques de belle-maman (avec son guide Michelin!).
    Je vais me répéter, mais cette BD est un vrai bonheur à lire! Je n'étais pas née en 1962 mais je ressens tout de même le côté rétro dans le dessin : les vêtements, les aménagements, les voitures, etc; et dans chaque tome, il y a toujours un personnage pour fredonner la chanson à la mode cette année-là.
    Les couleurs sont pétillantes, les traits des personnages reflètent complètement leur personnalité et ils sont tous très expressifs.
    Une série qui sent bon les vacances et les galères bons moments en famille, et qui rappellera des souvenirs à certains. Si vous êtes belge, vous aimerez encore plus!

     

    Note

    Les beaux étés, tome 3

     (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique