• Paris est tout petit

    Auteur : Maïté Bernard
    Éditeur : Syros
    Date de parution : 1er février 2018
    Format : broché
    Genre : romance, drame
    Tranche d'âge : à partir de 16 ans
    Nombre de pages : 376
    ISBN : 9782748524901

    Inès a 17 ans et un objectif : être admise à Sciences Po après le bac. Elle vient de trouver un job de femme de ménage chez les Brissac, dans le 7e arrondissement de Paris, mais elle n’avait pas prévu le coup de foudre intense entre elle et Gabin, le fils aîné de ses employeurs.

    « Paris est tout petit pour ceux qui s’aiment, comme nous, d’un aussi grand amour. » Cette phrase de Prévert devient leur credo.

    Inès et Gabin sont ensemble le soir de l’attentat du Bataclan, quand le pire se produit. Dès lors, leur histoire et la ville qui les entoure prennent d’autres couleurs, celles de l’après.

     J'étais à la fois excitée et angoissée de commencer cette lecture. Excitée car Maïté Bernard (l'auteure) a très bien "vendu" son livre lors d'une rencontre avec les écrivains des éditions Syros. Il me restait néanmoins un a-priori : je ne voulais pas lire un roman qui ferait débat, qui remettrait sur le tapis des sujets de société, la question du mauvais amalgame entre musulmans et terroristes, etc. Finalement, ce chef d'oeuvre est allé au-delà de mes attentes.

    Inès, l'héroïne, est musulmane. Mais elle est surtout une lycéenne brillante bien qu'un peu introvertie. Gabin, lui, est plus ouvert, rêveur et surtout follement amoureux de sa ville natale : Paris. Le coup de foudre entre les deux jeunes gens est immédiat et laisse complètement rêveur. C'est doux, c'est facile, c'est beau. Outre les partages de caresses qui émoustillent, ils parlent beaucoup de culture cinématographique, de musique, de livres, etc. Inès, qui ne jure que par la littérature, va s'ouvrir au monde du cinéma et découvrir des classiques comme les films avec Jean Gabin mais aussi de gros blockbusters américains, type Fast and Furious. Mais là où Gabin va prendre le plus de plaisir, c'est en faisant découvrir à sa petite amie son précieux Paris : ses rues, son architecture, son histoire, etc. Je suis littéralement tombée amoureuse de leur histoire d'amour.

    L'attentat du Bataclan n'en sera que plus brutal pour les deux jeunes gens... Entre la détresse, la colère et la culpabilité, le couple parviendra-t-il à garder son équilibre? Cette question est développé dans la deuxième moitié du roman mais je ne vous en dévoilerai pas plus car c'est quelque chose de difficile à raconter, et tellement plus intense à lire. Inès et Gabin auront des moments de doute, de tristesse, de remise en question, de perdition, etc. Mais la vie doit continuer et il leur faudra en retrouver le droit chemin.

    Dans le fond comme dans la forme, ce livre est un bijou. Maïté Bernard parvient à raconter des choses fortes et à faire naître toutes sortes d'émotions avec un vocabulaire et un style très simples. Je ne suis pas une fan de Paris (pour être honnête, c'est même plutôt l'inverse), mais j'ai adoré suivre les amoureux dans leurs balades. C'est comme s'ils nous donnaient la main pour marcher avec eux. Contrairement à ce que je redoutais au départ, l'auteure ne laisse jamais le moindre débat sur la religion empiéter sur l'histoire des deux amoureux; elle ne refait pas l'Histoire, elle s'en sert simplement pour faire vivre l'idylle d'Inès et Gabin. Leur histoire, entre fiction et réalité, est à la fois cruelle et magnifique. J'en suis ressortie bouleversée et je doute que le moindre lecteur en reste indemne.

    Ce roman est un énorme coup de cœur! A découvrir d'urgence quel que soit votre âge, votre sexe, votre culture ou vos croyances.

     

    Note

       - Tu as le temps de faire un tour du square avec nous? dit-il en me montrant Bobby. Ça lui ferait tellement plaisir.
           Nous regardons le chien occupé à renifler une roue de voiture.
         - C'est vrai qu'il a l'air très anxieux à l'idée de la séparation, dis-je.
           Mais je pousse la petite porte du square et nous y entrons. Les marronniers, les peupliers et les platanes offrent un début d'ombre charmant dont je m'éloigne pour aller voir la statue du lion. Je lis à voix haute : 
         - Drame du désert, Henri Amédée Fouques.
         Je me tourne vers Gabin pour lui dire que je ne connais pas ce sculpteur, mais son expression de désir me paralyse. Nous restons immobiles quelques secondes, perdus dans le regard l'un de l'autre, puis il avance sur moi et m'embrasse en plein milieu du square.
           Pour la première fois, je promène ma main dans les cheveux d'un garçon, dans son cou , sur sa joue. Le plus étrange, c'est que ce soit si évident.
     


    votre commentaire
  • Tout ce que je ne t'ai pas dit

    Auteur : Kylie Fornassier
    Éditeur : Fleurus
    Date de sortie : 9 février 2018
    Format : broché
    Genre / thématiques : romance, maladie
    Tranche d'âge : à partir de 15 ans
    ISBN : 9782215135678

    "Je déteste cette étiquette de Mutisme Sélectif : comme si je choisissais de ne pas parler, comme un enfant qui refuse de manger ses épinards! J'ai utilisé tous les trèfles à quatre feuilles que j'ai trouvés depuis que j'ai dix ans pour faire ce vœu : réussir à parler quand je le veux. Je suis en train de me demander s'il y aura assez de trèfles sur terre."

    A cause de sa maladie, Piper a perdu sa meilleure amie. Déterminée à ce que sa dernière année de lycée soit différente, elle fait sa rentrée dans un nouvel établissement. Elle y rencontre West, le joueur star de l'équipe de foot, le garçon dont tout le monde parle. Malgré la peur de Piper de perdre à nouveau un être cher et malgré tout ce qui les sépare, Piper se lie à West, sans que jamais elle ne réussisse à lui dire un seul mot...

     Ce roman présente deux lignes directives : d'un côté Piper et sa maladie, de l'autre son histoire d'amour avec West.

    Concernant le premier point, je ne suis pas restée indifférente. J'ai d'abord eu du mal à comprendre comment l'héroïne pouvait être apte à parler à certaines personnes et d'autres non; pour moi, le mutisme ne pouvait être que total. Je crois que je ne le comprends toujours pas aujourd'hui, mais Piper et son histoire permettent de le tolérer et de respecter. Tout le long du roman, l'adolescente n'a de cesse de le répéter : c'est quelque chose qu'elle a toujours eu, elle n'a subit aucun traumatisme et son problème ne s'arrangera pas du jour au lendemain. Paradoxalement, elle a une peur panique du jugement d'autrui et pourtant je lui trouve du courage. En revanche, je ne suis pas entièrement d'accord avec ce qui est dit dans le résumé, à savoir que c'est à cause de son mutisme que Piper et Cassie, sa meilleure amie, ont été séparées. Je ne raconterai pas ce qu'il s'est passé mais pour moi c'est un événement traité de façon très superficiel et qui aurait même pu être ôté du roman vu la simplicité avec lequel le problème est résolu.

    L'autre partie du roman, l'histoire d'amour, se construit avec une telle facilité que cela laisse rêveur. West est LE garçon parfait : sportif, gentil, honnête, drôle, compréhensif, attentionné, etc. Il ne juge personne et surtout Piper avec qui il communique facilement par écrit. Cela ne le dérange pas de faire parfois des monologues, tant qu'il est avec elle; du moins au début...Leur histoire est simple et très jolie; je n'en demandais pas plus. Même si la fin frôle le mélodrame, elle est nécessaire pour faire grandir Piper. Elle qui régulièrement se réfugie dans sa chambre noire (elle est passionnée de photographie) va devoir voler de ses propres ailes, sans l'aide de ses parents ou de ses trois frères et sœurs. Tous ensemble, ils forment une famille haute en couleurs dans laquelle les chamailleries font vite place aux moments de complicité. Ces passages sont très plaisants à lire.

    Sur fond d'histoire d'amour, l'histoire de cette adolescente australienne est un hymne à la tolérance et à l'ouverture d'esprit. Elle m'a beaucoup fait penser à Nos étoiles contraires de John Green; donc si vous avez aimé Hazel et Augustus, vous devriez aimer aussi Piper et West.

     

    Note

           - James Baldwin a dit un jour, "Les gens sont piégés dans l'histoire et l'histoire est piégée en eux."
         Monsieur Hill écrit la citation au tableau et se retourne vers la classe.
           - A votre avis, que voulait-il dire par là?
         Personne ne lève la main. Monsieur Hill attend une minute. Ses yeux passent d'élève en élève et finissent par s'arrêter sur moi.
           - Piper, dit-il tout content. Peux-tu dire ce que signifie cette citation?
         Je regarde autour de moi. Ce n'est pas possible, ce n'est pas à moi qu'il est en train de parler, là? Il me regarde, il hoche la tête pour m'encourager. Mon cœur bat tellement vite que j'ai l'impression qu'il bourdonne. Je fais non de la tête.
           - Il n'y a pas de mauvaise réponse, dit Monsieur Hill.
         Mais pourquoi les professeurs se sentent-ils toujours obligés de dire ça? Ils devraient plutôt dire qu'il y a plein de bonnes réponses, parce qu'il est évident qu'il y a aussi de mauvaises réponses. Si j'affirmais que Baldwin voulais dire par là que les ânes faisaient d'excellents cuisiniers, j'aurais complètement faux. Les professeurs attendent certaines réponses, de la même façon qu'ils attendent que tous les élèves soient capables de parler.
         Monsieur Hill fait un pas vers ma table.
           - Lance-toi! dit-il.
         Il essaye d'avoir l'air sympa, mais je sens une pointe d'agacement percer dans sa voix.
           Demandez à quelqu'un d'autre, l'imploré-je des yeux. J'ai l'impression que ma gorge est bloquée. J'arrive à peine à respirer, alors de là à parler...
           - Ça t'amuse de faire semblant de ne pas m'entendre?
         J'entends quelqu'un glousser au fond. J'ai les yeux qui commencent à piquer. Je baisse la tête et tente de ravaler mes larmes. Quelques autres élèves se mettent à rire.
         Je ne peux pas rester ici plus longtemps.
         J'arrive à me lever malgré mes jambes en coton qui manquent de me lâcher, et attrape mes affaires posées sur la table. Je passe en courant, oui, en courant, devant Monsieur Hill et devant toute la classe.
           - Piper? m'appelle-t-il depuis la porte.


    votre commentaire
  • L'autre soeur

    Auteur : Cylin Busby
    Éditeur : Milan
    Date de parution : 24 janvier 2018
    Format : broché
    Genre/thématique : thriller
    Tranche d'âge : A partir de 12 ans
    Nombre de pages : 288
    ISBN : 9782745988263

    Quand Sarah se volatilise, sa famille est dévastée.
    Nico, 11 ans, devient au collège "la sœur de la fille qui a disparu".
    Derrière le chagrin, difficile d'admettre qu'elle est soulagée : Sarah n'est plus là pour se moquer de ses rondeurs et de ses goûts. Car sa sœur était une peste qui menait son entourage à la baguette.

    Un jour, enfin, Sarah réapparaît.
    Amnésique, mais vivante. Pareille et pourtant différente. Est-ce bien elle... ou est-ce une imposture?

    Cette histoire est racontée du point de vue de Nico, une jeune ado longtemps complexée à cause des remarques méprisantes de son aînée. Après la disparition de cette dernière, Nico raconte la tristesse, la détresse de ses parents, les multiples désillusions quand la police pensait l'avoir retrouvée, la pression médiatique, etc. Malgré son inimitié envers Sarah, Nico est elle-même plongée dans cette spirale infernale.

    Finalement, après quatre ans d'absence, Sarah est retrouvée dans un refuge à l'autre bout du pays. Des séquelles physiques et psychologiques sont clairement visibles, mais au moins elle est vivante. A partir de là, la famille va essayer de reprendre sa vie "comme avant". Mais ce ne sera pas si simple...

    L'auteur créé autour de ses personnages une atmosphère lourde et pesante qui fait qu'on se met aisément à leur place. Malgré le retour de Sarah, les médias sont toujours là à guetter la moindre information, la police n'a pas complètement fini son enquête, les médecins tiennent à surveiller la jeune femme, etc. Autant dire que le retour à une vie normale n'est pas pour maintenant. On capte aussi aisément les sentiments indécis de Nico : elle est évidemment soulagée de retrouvée sa sœur, mais aussi angoissée à l'idée d'être de nouveau victime d'agressions verbales et physiques; et surtout, elle est rapidement convaincue que Sarah n'est pas Sarah. D'infimes détails dans le comportement de sa sœur lui mettent la puce à l'oreille. Est-ce dû à un traumatisme ou Sarah cache-t-elle vraiment quelque chose?

    Entre les chapitres qui exposent la nouvelle vie de la famille, l'auteur insère des chapitres sombres qui laissent penser que Sarah aurait été séquestrée. Progressivement, des étapes de son parcours sont révélées mais on ne sait jamais vraiment quelle tournure va prendre le roman. Est-on face à un thriller? De la science fiction? De très nombreuses hypothèses sont possibles, mais pour ma part, j'étais loin de la vérité... Je me suis posée beaucoup de questions, j'ai frissonné et j'ai été littéralement happée par cette lecture bien que je sois rarement attirée par ce genre de roman à suspense. J'ai moi-même une sœur et je me suis parfaitement retrouvée dans le personnage de Nico, excédée par les disputes fraternelles constantes et l'aveuglement des parents trop heureux d'avoir retrouvé leur enfant. On n'est pas passé loin du coup de cœur, mais quelques infimes détails qui m'ont semblé illogiques m'en ont éloignée. 

    L'autre soeur reste un très bon roman, déstabilisant et angoissant à souhait!

     

    Note

           J'entendis Maman parler aux inspecteurs sur le perron pendant que je montais l'escalier en courant. Je chaussais à présent du 39, et ma soeur autrefois du 38. Je passais devant sa chambre et restai un instant devant la porte fermée. Devrais-je lui prendre une autre paire dans son placard? Peut-être avait-elle raison et avaient-elles rétréci. Une minute plus tard, je redescendis avec des ballerines à moi.
           Sarah les accepta avec gratitude et s'empressa de les enfiler, tout en buvant à grandes gorgées son café, noir et sans sucre.
         - Elles sont parfaites. Bon, quand il faut y aller...
           Elle me sourit avant de sortir de la cuisine.
           Maman avaient convaincu les inspecteurs de laisser Papa l'accompagner, alors depuis le jardin, nous les regardâmes partir ensemble dans une voiture de police banalisée. J'avais appris à reconnaître ces voitures après la disparition de Sarah, quand elles étaient garées devant chez nous presque tous les jours : des berlines Ford à quatres portes, bleu foncé ou noires, sans plaques d'immatriculation.
         - Je ne supporte pas de la perdre de vue, admit Maman, les bras serrés autour de sa poitrine, au bord des larmes.
           Je comprenais ce qu'elle ressentait. La nuit précédente, j'avais été tentée de m'introduire dans la chambre de ma sœur, juste pour la regarder dormir, m'assurer qu'elle était bien dans son lit.
         - Tu sais, ses chaussures...
         - Qu'est-ce qu'elles ont, ses chaussures?
         - Rien, seulement elles ne lui vont plus.


    1 commentaire
  • Un lapin peut changer une vie

     

    Auteur : Sandrine Kao
    Éditeur : Syros
    Date de parution : 8 février 2018
    Format : broché
    Genre / thématique : vie quotidienne, humour
    Tranche d'âge : à partir de 12 ans
    Nombre de pages : 210
    ISBN : 9782748525076

    Dans la famille Ribout, il y a...

    Agathe, l'aînée indomptable qui, par inadvertance, se retrouve molle comme une guimauve face à un garçon.

    Mais aussi...

    Paul, le père qui fait semblant d'aller travailler et n'ose avouer où il passe réellement ses journées.

    Emmanuelle, la mère qui préfère dessiner des plats mijotés que les cuisiner.

    Alicia, la cadette "première de la classe" devenue "paria" à cause d'une sombre histoire de poux.

    Et las but not least...

    Django, le lapin qui va tout changer!

    Merci aux éditions Syros pour leur confiance.

    Comme le laisse présager le résumé, ce livre est une saga familiale légère et pétillante. Pourtant, les membres ne sont pas dans une situation des plus joyeuses : le père n'a plus de travail depuis peu et la mère, illustratrice, n'est engagée dans aucun projet. La famille doit donc trouver un moyen de joindre les deux bouts.

    On suit un personnage différent à chaque chapitre, ce qui donne un bon rythme à la narration. Les titres des chapitres, construits sur une structure répétitive, donnent le sourire à eux seuls : "où Emmanuelle rend compte, devant une casserole de pâtes, de la situation catastrophique dans laquelle est plongée toute la famille", où Alicia se retrouve nez à nez avec un pou et perd son sang froid", etc. On dirait presque des épisodes composant une série télévisée. J'ai pris plaisir à suivre les aventures de cette famille : ils sont tous dotés d'un optimisme admirable malgré les déboires qu'ils vivent. La jeune Alicia n'en fait pas toujours preuve, mais je trouve que c'est ce qui la rend si adorable. Elle a des problèmes existentielles de petite fille qui paraissent dérisoires aux yeux des plus grands, ce qui ne l'empêche pas d'être déterminée à les résoudre.

    J'ai tout de même plusieurs regrets à propos de ce livre : tout d'abord, je n'ai pas trouvé que le lapin avait un rôle aussi important que le laissait présager le titre; j'écris cette chronique quelques semaines après la fin de ma lecture, et je dois avouer avoir très peu de souvenirs du petit animal. Enfin, la fin du livre est trop facile, rapide et, à mon sens, pas très crédible.

    Malgré ces points négatifs, je suivrai de près les prochaines œuvres romanesques de Sandrine Kao car le principal souvenir que je garderai de ce livre, c'est sa plume savoureuse.

     

    Note

      

         Keja, c'était une cancre. Quatre en maths, sept en français, et deux ans de plus que les autres... Elle faisait des fautes d'orthographe épouvantables et ne comprenait rien à rien aux problèmes. Elle jurait tout le temps et avait la réputation de tricher, en plaçant dans sa trousse des antisèches -ce qui, au vu de ses notes, ne semblait absolument pas fonctionner. Keja n'était pas non plus très présentable : ses habits ne sentaient ni le propre ni l'adoucissant; ils étaient usés et démodés, et provenaient certainement de la Croix-Rouge. Car Keja était une Rom. C'était une Manouche, une Tsigane, une Bohémienne, une Romanichelle, quoi! Leur campement se situait non loin de l'école, sur un terrain vague dévoré de mauvaises herbes. Alicia, elle, n'avait rien contre les Roms. Ça ne la dérangeait pas qu'ils squattent la friche. C'était même mieux qu'ils y soient, car on avait commencé à construire autour de grandes barres, des immeubles gris et affreux. Et comme elle préférait les herbes folles au béton, elle était plutôt contente qu'il y ait des caravanes plantées là et des promoteurs immobiliers frustrés. En plus, elle avait entendu dire que des lapins pullulaient dans la friche et elle adorait les lapins. Alors qu'on leur laisse cette aire de jeu!


    votre commentaire
  • Hate List

    Auteur : Jennifer Brown
    Éditeur : Albin Michel
    Date de parution : 4 novembre 2010
    Format : ebook
    Genre/thématique : drame, renaissance
    Tranche d'âge : à partir de 15 ans
    Nombre de pages (en grand format papier) : 391
    ISBN (grand format papier) : 9782226239747
    ISBN (format numérique) : 9782226270009

    Lorsque Valérie franchit le seuil du lycée, elle sait que rien ne sera plus jamais pareil. Cinq mois plus tôt, Nick, son petit ami, a ouvert le feu dans la cafétéria de l'école, tuant une dizaine d'élèves avant de se suicider. Des élèves agaçants, pénibles et arrogants qui figuraient sur la liste que Valérie et Nick ont tenue pour se défouler. Pourquoi ce qui n'était qu'un jeu est devenu un drame ? Comment va-t-on accueillir son retour au lycée ?

    Est-elle aussi coupable que Nick ?

    L'originalité du roman est qu'on se place non pas du côté des victimes, ce qui aurait sûrement été plus facile à exploiter, mais du côté du coupable; ou du moins, d'une présumée coupable. Si Valérie n'a pas ouvert le feu sur ses camarades, elle n'en était pas moins la petite amie du tueur avec lequel elle avait rédigée la fameuse "liste de la haine" où figure les noms des futures cibles de la fusillade.

    A la lecture de cette histoire, on ne peut s'empêcher de prendre parti. Dès les premiers chapitres, j'ai considéré Valérie comme responsable, comme la majeure partie des gens qui la connaissaient. L'histoire commence alors qu'elle retourne pour la première fois dans son lycée, plusieurs mois après les événements, mais de nombreux flash-back habilement intégrés au récit permettent d'être témoin de la relation tendre entre l'héroïne et son petit ami Nick, mais aussi de la création de la "Hate List" engendrée par les agressions verbales et parfois physiques dont les deux amoureux faisaient l'objet. Nick, de son côté, n'est jamais décrit comme un monstre. Certes, il parlait régulièrement de son envie de voir certaines personnes mourir et Valérie l'approuvait, mais comment pouvait-elle imaginer que ces discours allaient provoquer un acte concret? On a tous, moi la première, déjà dit au moins une fois "je vais le/la tuer" sans jamais songer à mettre ces paroles à exécution. A la lecture de ce roman, je me suis sentie coupable d'avoir eu des mots aussi extrêmes...

    C'est le sentiment qui habite perpétuellement Valérie tout le long du roman. Elle n'a pas tiré, mais elle a engendré involontairement ce désir chez Nick. La honte et la culpabilité la dévorent. Au départ, elle ne souhaite pas être pardonnée par les autres lycéens, elle veut juste qu'on l'oublie. Mais cela, c'est bien avant de se rendre compte que le drame a fait des victimes au sein de sa propre famille. Je n'en dévoilerai pas plus à ce sujet pour ne pas trop vous raconter l'histoire. Cependant, j'ai été choquée et révoltée par un membre proche qui, inconsciemment ou pas, s'évertue à maintenir la tête de Valérie sous l'eau le peu de fois où il intervient dans sa vie. On peut penser que c'est auprès de sa famille que l'on peut obtenir le plus de soutien dans un moment pareil, mais ce n'est pas le cas ici. Car oui, peu à peu, on commence à réaliser la détresse de Valérie et à lui pardonner, voire même à la défendre (pour ma part, je me suis très vite rangée de son côté^^). Le chemin sera long pour se reconstruire et il faudra qu'elle accepte le soutien des gens qui la considèrent innocente et de se pardonner elle-même...

     

    Je vais résumer ce pavé en vous disant que c'est un roman fort, écrit avec une extrême justesse. On passe par tous les sentiments car on ne se sent plus simple spectateur; on est complètement immergée dans l'histoire de Nick et Valérie.

     

    Note

    [situation : la mère de Valérie est venue lui rendre visite à l'hôpital]

     

           - Où est Papa? ai-je fini par demander.
           - Il est rentré à la maison.
         La question sous-entendue était en suspens entre elle et moi, et je préférais ne pas la poser, jusqu'au moment où je me suis dit qu'elle n'attendait que ça.
           - Lui aussi, il pense que je suis coupable?
         Elle a pris la télécommande en dénouant le cordon.
           - Il ne sait plus quoi penser, Valérie. Il est rentré pour réfléchir. En tout cas, c'est ce qu'il prétend.
         Ah! La réponse était pire que la question, dans le genre sous-entendu. En tout cas c'est ce qu'il prétend.
           - Il me déteste.
           - Tu es sa fille. Il t'aime.
           - Tu dis ça par devoir. J'en suis sûre et certaine, Maman. Il me déteste. Toi, aussi, tu me détestes? Tu crois que le monde entier me hait?
           - Arrête de dire des bêtises, Valérie, m'a-t-elle répondu en se levant pour prendre son sac. Allez, je descends, je vais m'acheter un sandwich. Tu veux quelque chose?
         J'ai secoué la tête, et à peine était-elle sortie qu'une pensée m'a traversé l'esprit comme un flash. Elle n'avait pas répondu non.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique