• Agatha Raisin : Pas de pot pour la jardinière

    Agatha Raisin : Pas de pot pour la jardinière 

    Agatha Raisin : Pas de pot pour la jardinière

    Auteur : M.C Beaton
    Editeur : Albin Michel
    Format : ebook
    Année de parution : 2016
    Genre : policier, humour
    Nombre de pages (en edition papier) : 245

    Agatha Raisin : Pas de pot pour la jardinière

    De retour dans les Cotswolds après de longues vacances, Agatha Raisin découvre que son voisin James Lacey, objet de tous ses fantasmes, est tombé sous le charme d'une nouvelle venue au village. Aussi élégante qu'amusante, Mary Fortune est une jardinière hors pair, et la journée portes ouvertes des jardins de Carsely s'annonce déjà comme son triomphe. Mais une Agatha Raisin ne s'incline pas avant d'avoir combattu (quitte à se livrer à l'une de ces petites supercheries peu reluisantes dont elle a le secret) ! C'est alors que la belle Mary est retrouvée morte, enfoncée tête la première dans un de ses grands pots de fleurs. De toute évidence, Agatha n'était pas la seule à souhaiter la disparition de sa rivale…

    Agatha Raisin : Pas de pot pour la jardinière

     Phénomène littéraire de cette fin d'année, la série des Agatha Raisin pourrait être qualifiée de polar "soft", accessible à ceux qui ne sont pas forcément adepte de romans noirs (ce qui est mon cas). Pas de pot pour la jardinière est un tome 3 mais peu se lire indépendamment des histoires précédentes.

    Au début de ce roman, nous retrouvons l'héroïne, Mrs Raisin, de retour dans son petit village anglais de Carsely après une longue absence. Comme n'importe quelle petite commune, tout le monde se connaît; Agatha fait d'ailleurs figure d'étrangère car elle n'y vit pas depuis aussi longtemps que les autres. Quinquagénaire avec un peu d'embonpoint et des manières pas toujours très distinguées, elle est souvent montrée du doigt pour ses excentricités; néanmoins, les gens reconnaissent son efficacité dans les précédentes enquêtes.
    Parmi les gens qu'Agatha retrouve, il y a son voisin, James Lacey, pour lequel elle éprouve des sentiments depuis un long moment. Cependant, elle n'essuie que des échecs. Alors qu'elle découvre qu'une nouvelle habitante, Mary Fortune, tourne autour de James, elle est gagnée par une furieuse jalousie et s'apprête à démarrer les hostilités.
    J'avoue m'être un peu ennuyée durant cette première partie. Avec tous ces cancans et ces bassesses pour gagner le cœur d'un homme qui ne montre aucun penchant pour l'une ou l'autre, j'avais l'impression de me retrouver dans une adaptation de "Desperate Housewives" en Angleterre. Le triangle amoureux façon vaudeville ne tient pas la route car James est un personnage complètement creux et je ne m'explique pas l'attachement des deux femmes pour lui. De manière générale, je n'ai pas été très réceptive à l'humour de ce roman.
    Agatha Raisin n'a rien de l'enquêtrice irréprochable. Elle est même prête à tricher au concours de jardinage pour évincer sa concurrente et impressionner James. Malgré sa perspicacité (que l'on découvrira par la suite), c'est une héroïne peu amicale que j'ai eu du mal à apprécier.
    L'histoire commence à être plus intéressante quand on découvre le corps sans vie de Mary Fortune (dans une position complètement grotesque qui m'a fait sourire). L'enquête commence enfin! Les accusations fusent : "c'est forcément quelqu'un d'étranger", "ça ne peut venir que de l'intérieur du village"... Au fur et à mesure des auditions, Agatha et James vont découvrir une facette de Mary qu'ils ne soupçonnaient pas et réalisent que, contrairement à ce qu'il y paraît, la bonne entente n'est pas reine à Carsely.
    L'enquête continue. A côté, Agatha ne perd pas son objectif d'en mettre plein la vue à James l'indifférent. C'est au cours d'un événement anodin qu'ils découvrent l'indice majeur qui va désigner le coupable. Concernant le mobile du meurtre, je suis très déçue. J'aurais souhaité quelque chose d'un peu plus recherché.

    Je suis passée totalement à côté de ce roman. Je n'y ai pas retrouvé l'humour cinglant que j'espérais et je n'ai ressenti aucun attachement pour les personnages. Je dois néanmoins reconnaître que l'auteur a parfaitement décrit le voyeurisme et les petits secrets malsains qui circulent dans les hameaux perdus. Personne ne peut avoir de vie privée dans un décor pareil; du moins, en apparence...

     

    Note

    Agatha Raisin : Pas de pot pour la jardinière

    Agatha Raisin : Pas de pot pour la jardinière

            La nouvelle venue portait une robe courte en jersey blanc agrémentée de bijoux en or. C'était la première fois qu'Agatha la voyait porter autre chose que du vert. La robe, très courte, moulait sa silhouette parfaite et dévoilait ses longues jambes, mises en valeur par des bas brun clair, qui se terminaient par des sandales à lanières à talons hauts. Sa chevelure dorée resplendissait dans la lumière. Ses yeux étaient très grands et très bleus. Elle n'avait jamais paru plus magnifique : son entrée fut accueillie par un brusque silence appréciateur. James s'était tu, lui aussi, et contemplait Mary avec une admiration non dissimulée. Oh! une jalousie aussi aigre que la bile submergea Agatha. Elle se sentait vieille et moche.

             James retrouva la parole. "Mary, dit-il avec chaleur, qu'est-ce que tu prends?
    - Un Campari soda, chéri", répondit Mary.
            Puis elle posa une main possessive sur son bras et lui adressa un sourire suggérant une telle intimité qu'Agatha eut envie de la frapper.

     

     → En lecture commune avec Pause Polars ←


  • Commentaires

    1
    Mardi 27 Décembre 2016 à 09:51

    Un avis similaire 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :