• Aphrodite et vieilles dentelles

    Aphrodite et vieilles dentelles

     

    Auteur : K. Brunk Holmqvist
    Éditeur : J'ai lu
    Format : poche
    Année de parution : 2017 (2016 en GF)
    Genre/thématiques : humour, histoires familiales
    Nombre de pages : 288

    Tilda et Elida Svensson, 79 et 72 ans, célibataires, mènent une vie à la routine paisible. Elles font des confitures, vont à l'église et se couchent chaque soir exactement à la même heure. Pas de commodités à l'intérieur de leur maison vétuste : les toilettes sont au fond du jardin, l'eau est à tirer au puits. Tout change à l'arrivée d'un nouveau voisin, Alvar Klemens, ou plutôt de son chat : le félin est pris de frénésie sexuelle en mangeant une des plantes d'Alvar, que celui-ci entretient avec un engrais curieux. Et si elles tenaient avec ce produit l'occasion de s'offrir enfin des W.C. dignes de ce nom ? La révolution est décidée : les deux dames montent un business clandestin d'élixir aphrodisiaque...

    A priori, en lisant le résumé du livre, on pense tomber sur une histoire bourrée d'humour et complètement décalée. Pour ma part, j'ai peu ri durant ma lecture mais l'histoire de ces deux sœurs m'a profondément touchée.
    Ayant vécu toute leur vie ensemble et résidant toujours dans la maison de leur enfance, le temps s'est comme figé pour elles, et elles vivent à plus de 70 ans comme elles le faisaient à 10. Les vieux bibelots envahissent les placards, la chambre de leurs défunts parents est restée telle quelle, elles portent toujours leurs vieux vêtements et elles ont même conservé leur trousseau de mariage alors qu'elles sont, en fin de compte, toujours restées célibataires. Pour finir, comme toutes "petites vieilles" qui se respectent, elles ont un emploi du temps routinier et réglé comme du papier à musique. La façon dont l'auteur raconte tout cela est très émouvant, presque triste, même si les sœurs semblent se complaire dans cette vie.
    L'arrivée de leur nouveau voisin va faire l'effet d'une bombe! Elles vont avoir envie de changement : sortir, s'acheter de nouveau vêtements, changer certaines habitudes et... boire! Elles qui n'en avaient pas l'habitude, elles vont être invitées à de multiples soirées festives chez le voisin et en rentrer dans des états jovials. Cette rencontre leur donne une seconde jeunesse; on ignore exactement pourquoi car Alvar n'est plus très jeune non plus et il n'y a pas la moindre envie de séduction chez l'une ou l'autre des deux sœurs; mais peu importe : elles revivent et tous leurs nouveaux petits plaisirs sont un ravissement pour le lecteur.
    On met vite l'histoire du jeune frère aigri, impuissant, goinfre et macho au second plan. Les vedettes du livre sont indéniablement Tilda et Elida. Leurs chamailleries, leurs plans, leurs commérages, leur complicité sont parfaitement retranscrits et laisser rêver les lecteurs membres d'une fratrie à des liens familiaux aussi forts dans le futur. En lisant les petites habitudes de Tilda et Elida, j'avais l'impression de revoir des scènes entre ma grand-mère et sa sœur.

    Ceux qui espèrent y trouver quelques situations cocasses y trouveront quand même leur compte, mais je retiendrai surtout de ce roman que c'est une comédie bienveillante et qui donne le sourire.

     

    Note

           - Il a belle allure, notre nouveau voisin, commenta Elida tandis qu'elles trempaient leurs biscottes dans leur café du soir.
           - Tu crois qu'il est célibataire? s'ensuit Tilda. Après tout, nous n'avons vu personne d'autre.
           - Ils vont arriver après, répondit Elida. C'est toujours comme ça avec les femmes de la ville. Oui, quand les meubles sont en place et que le terrain a été nettoyé.
           - Il a l'air d'un homme marié, convint Tilda en aspirant la biscotte de café entre ses gencives dénudées.
         En effet, leurs dents atterrissaient dans le verre à 20h15, lorsqu'elles faisaient leurs préparatifs de coucher. Elles estimaient toutes les deux que sucer les biscottes ramollies par le café était délicieux et procurait d'agréables titillations.
         En réalité, elles n'appréciaient guère leurs dentiers, mais elles aimaient en disposer pour manger leur steak du dimanche. Et puis, elles s'accordaient à dire que c'eût été de jeter de l'argent par les fenêtres que de les laisser dans le verre le reste de la semaine. Aussi les portaient-elles avec abnégation - sauf pour le café du soir. Là, elles éprouvaient un plaisir presque coupable, oui, presque comme si elles se trouvaient dévêtues, et il arrivait que Tilda lance un regard furtif vers le verre posé sur le fourneau.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :