• 40 éléphants

    Scénario : Kid Toussaint
    Dessin : Virginie Augustin
    Éditeur : Bamboo
    Collection : Grand Angle
    Année de parution : 2017
    Genre : BD Adulte
    Nombre de pages : 56

    Le crime est une affaire de professionnelles.
    Londres 1920. Elles sont quarante. Voleuses, tueuses, kidnappeuses, cambrioleuses, proxénètes... Issues des divers milieux de la société, elles ont fait du crime leur affaire et se sont associées pour plus d'efficacité. Lorsqu'arrive Florrie « doigts de fée », jeune pickpocket talentueuse, toute l'organisation se révèle fragile et une lutte interne risque d'éclater. Le moment est mal choisi, car les éléphants doivent faire face à une police de plus en plus performante et à un gang masculin rival reconstitué et bien décidé à reprendre son territoire.

    J'aime énormément la collection "Grand Angle" qui présente régulièrement des scénarios solides et palpitants, et des planches avec une ambiance très marquée.
    40 éléphants ne déroge pas à la règle. On découvre les bas fonds et les petites ruelles de Londres dans les années 20, avec son lot de voyous au masculin comme au féminin. La jeune Florrie intègre un gang exclusivement féminin dirigée par l'impitoyable "Queen Kate" qui se dispute les différents quartiers de la ville avec d'autres gangs. On est plongé dans l'action dès les premières vignettes, le rythme accéléré est d'ors et déjà installé. Bien que novice, Florrie apparaît comme un personnage courageux qui a bien des choses à révéler... Elle lie vite amitié avec Esther, mère de famille qui doit rembourser "Queen Kate". Bien qu'extrêmement soudé au départ, le groupe finit par montrer des failles dont Florrie tente de comprendre la raison.
    J'aime ces histoires de femmes fortes et indépendantes. La grande majorité sont loin d'être des enfants de chœur et certaines ne montrent pas la moindre compassion. Les alliées d'aujourd'hui peuvent vite devenir les ennemies de demain. On ressent constamment le danger que chacune représente et la tension qui règne. Les visages sont très expressifs, les regards durs. Malgré le risque de se faire prendre par la police ou de se faire attraper par un autre gang, on découvre rapidement que le plus gros danger vient de l'intérieur du groupe de femmes. Les masques tombent peu à peu et les sentences sont exécutées...

    J'ai passé un très très bon moment de lecture et j'ai hâte de découvrir la suite des aventures du groupe, et plus particulièrement de Florrie. Même si en matière de dessin je préfère des traits plus précis, j'adore les couleurs ocres qui font ce côté rétro. Une BD que je conseille fortement à tous, hommes et femmes, pour toutes les palpitations qu'elle procure.

     

    Note

    40 éléphants, tome 1

    (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire
  • Journal d'un enfant de lune

     

    Texte : Joris Chamblain
    Dessin : Anne-Lise Nalin
    Éditeur : Kennes
    Année de parution : 2017
    Genre : BD tout public
    Nombre de pages : 56

    Morgane a seize ans. Elle vient d’emménager dans une nouvelle maison, avec ses parents et son petit frère. Tandis qu’elle déballe ses cartons, elle retrouve un journal intime caché derrière un radiateur. C’est celui de Maxime, un jeune homme de dix-sept ans, qui y raconte son étrange maladie qui l’empêche de vivre à la lumière du jour. C’est un enfant de la lune... Elle va le lire et vibrer à ses mots et n’aura alors plus qu’une seule idée en tête: retrouver la trace de Maxime pour lui rendre son journal oublié. Ses pas la conduiront bien plus loin qu’elle n’aurait pu l’imaginer...

    Le nom de Joris Chamblain ne vous dit rien? Impossible! Si vous lisez un peu de BD, vous connaissez certainement la série des "Carnets de Cerise" (dont le tome 5 sort fin novembre!). Accompagné d'Anne-Lise Nalin, illustratrice de plusieurs romans jeunesse, il nous propose une BD one-shot sur un sujet délicat.

    Morgane est une adolescente tout ce qu'il y a de plus insupportable : boudeuse, colérique, méprisante, à la limite de l'insolence... Bref, une ado. Mais elle perd tout ses moyens en commençant la lecture du journal de Maxime, dont elle tombe vite sous le charme. Dans ses écrits, le jeune homme explique sa maladie, sa différence, son mal-être dès le plus jeune âge qui n'a fait que s'intensifier en grandissant, les difficultés financières de ses parents dont il se sentait responsable, etc. C'est très touchant de connaître l'intimité de cet "enfant de la lune" et les conséquences que sa maladie a sur son quotidien, son moral et ses relations sociales.
    A partir de là, l'histoire se transforme en enquête, Morgane n'ayant de cesse de trouver celui qui a touché son cœur. Cette aventure la fera grandir et changer à jamais...
    Même si Morgane m'a mise hors de moi au début de l'histoire, je dois reconnaître que son idylle soudaine m'a fait sourire; preuve flagrante des changements d'humeur constant des ados (que je me rappelle avoir vécu...) et de leur façon de prendre tout à cœur. Morgane s'est donnée une mission et elle est bien déterminée à la mener à bout. Alors qu'on sent Maxime sombrer peu à peu à travers son carnet, Morgane ne cesse de gagner en joie de vivre et en optimisme. C'est émotionnellement intense. Pour contrebalancer, Lucie, la meilleure amie de Morgane, est là pour donner une note plus légère à l'histoire. J'ai beaucoup aimé ce personnage.

    Concernant le dessin, le style est simple et agréable, les couleurs vives. J'aime beaucoup la représentation des scènes qui se déroulent sur le toit de la maison. Les flash-back concernant Maxime sont également très réussis.

    Cette BD honore les enfants de la lune et appelle à la solidarité et la tolérance. Pour information, une partie des bénéfices des ventes sera reversée à leur association. Une très belle initiative.

     

    Note

     Journal d'un enfant de lune

     (cliquer sur l'image pour la voir en grand)


    1 commentaire
  • Shelton & Felter, tome 1

     

    Dessin / Scénario : Jacques Lamontagne
    Couleurs : Scarlett Smulkowski
    Éditeur : Kennes
    Année de parution : 2017
    Genre : BD adulte
    Nombre de pages : 56

    Boston, États-Unis, 1924. Isaac Shelton est un ex-boxeur, jeune journaliste à la plume encore mal dégrossie, qui traque le fait divers à la recherche du scoop qui pourrait booster sa carrière. Thomas Felter est quant à lui un libraire d'un certain âge, vivant seul avec ses chats, grand amateur de littérature policière et qui a aiguisé à travers ses lectures un esprit analytique hors du commun. Quand Shelton rencontre Felter, le premier convainc le second de l'aider à résoudre les grands mystères de la ville, ce qui lui permettra de pondre l'article qui fera de lui un journaliste reconnu.

    Le duo d'apprentis détectives présenté dans cette nouvelle série BD reprend des schémas très classiques : Thomas Felter est "la tête" : un petit libraire aux journées réglées comme du papier à musique, hypocondriaque et esclave de ses nombreux chats; Isaac Shelton est "les muscles" : ancien boxeur reconverti dans le journalisme, dont les fins de mois sont des plus compliquées. J'ai tout de même un petit coup de cœur pour Felter et ses petites manies. Shelton a une personnalité plus classique et on connaît peu de choses sur lui pour le moment; à mon sens, c'est le moins légitime des deux enquêteurs, même si sa motivation pour écrire un brillant article n'est plus à prouver.

    Habituellement, je ne suis pas attirée par les livres policiers, mais j'avais envie de lire quelque chose qui sorte de mes genres de prédilection.
    L'histoire se passe dans les Etats-Unis des années 20, en plein milieu de la Prohibition (interdiction de vendre de l'alcool). Ce contexte est habilement exploité dans la BD, ainsi qu'un événement historique moins connu mais pourtant avéré : l'inondation de la mélasse à Boston en 1919. Toutes ces vraies anecdotes brillamment utilisées donnent naissance à une enquête solide et palpitante qui tient en haleine du début jusqu'à la fin. Certaines planches font croire qu'on pourrait basculer dans le fantastique mais il n'en est rien (dans cette première affaire en tout cas). Je n'ai vraiment pas vu le temps passer durant ma lecture et j'ai hâte de retrouver prochainement nos deux héros.

    Un cahier graphique est disponible à la fin de la BD avec différentes anecdotes sur la création de la BD et les nombreux déboires qu'a subit Jacques Lamontagne. Vous pourrez également admirer la splendide couverture qu'il a colorisée, mais finalement abandonnée car trop en décalage avec la technique de coloration des planches de Scarlett Smulkowski.

    Cette BD est une belle surprise et un coup de cœur! J'espère que la suite sera tout aussi réussie.

     

    Note

    Shelton & Felter, tome 1

    (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire
  • Au taf

    Texte / Dessin : Vaïnui de Castelbajac
    Éditeur : Delcourt / Tapas
    Année de parution : 2017
    Genre : BD humour
    Nombre de pages : 128

     Recrutements, réunions, fusions, fêtes de fin d'année, collègues envahissants, Vaïnui invente un quotidien absurde qui fait pourtant écho à des situations bien réelles. On s'amuse des aventures et mésaventures d'un patron impitoyable et de ses employés malmenés, et de leurs échanges francs et grinçants ! Mais la partie bonus, "Bêtes de travail", consacrée aux animaux, déborde de tendresse !

    Les patrons tyranniques ont enfin droit à leur BD!

    Même si votre patron est un amour et que vous ne vous sentez pas concerné par le sujet principal de cette oeuvre, vous vous reconnaîtrez peut-être dans l'addiction à la machine à café ou dans les réunions qui partent dans tous les sens. On a bien évidemment affaire à de l'humour noir agrémenté de beaucoup de cynisme. Le tout est extrêmement drôle. Certes pages, en juste un dessin et une phrase, donnent immédiatement le sourire.

    Pour ceux qui ne seraient pas adeptes de cet humour avec critique des conditions de travail sous-jacentes, la dernière partie du livre présente le même type de gags mais adapté aux animaux. On est beaucoup plus dans l'absurde, mais me concernant, c'est toujours aussi efficace, voire encore plus.

    Les décors de bureau sont facilement reconnaissables, les dessins proches de la caricature, et le contour des vignettes comme tracé à main levée donne un effet léger, non conformiste.

    Pour moi c'est le genre de livre humoristique diablement efficace et dont je ne me lasserai jamais. Et je ne me plaindrai plus jamais de mes conditions de travail!^^

     

    Note

    Au taf

     (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire
  • Frnck, tome 2

     

    Scénario : Olivier Bocquet
    Dessin : Brice Cossu
    Éditeur : Dupuis
    Année de parution : 2017
    Genre : BD tout public
    Nombre de pages : 56

    "Frnck", c'est l'histoire de Franck, un orphelin de 13 ans parti à la recherche de ses parents et qui se retrouve propulsé en pleine préhistoire.

    Après avoir réussi à se faire accepter par une tribu d'Homo sapiens, Franck décide d'apporter un peu de modernité dans la vie de sa famille d'adoption. Puisqu'il en a marre de manger de la viande crue, il tente de persuader Grrr (prononcez «Gérard»), le chef de la bande, de domestiquer le feu. Mais ses tentatives à base de bois secs et de silex frottés l'un contre l'autre font long feu et ne suscitent que moqueries et mépris de la part des hommes préhistoriques, assez rétifs aux progrès technologiques. Quand Franck arrive enfin à ses fins, c'est pour asphyxier la moitié de la tribu. Pour Gérard, c'en est trop ! Franck est chassé de la tribu, vu ses inventions loufoques et foireuses (le savon, la roue, le football...) et sa totale inutilité au sein du groupe. Il ne pourra revenir qu'à une condition : en prouvant ses qualités de chasseur ! Franck part donc sur la piste d'un gibier facile à attraper. Il tombe sur un petit lapin trop mignon qui devrait constituer une proie facile. Mais l'animal et ses compagnons vont se révéler des prédateurs redoutables pour le naïf gamin...

    Franck essaie tant bien que mal de survivre dans un monde sans réseau et sans pizza... De plus, sa famille préhistorique est réfractaire face à toutes les avancées technologiques qu'il leur présente maladroitement. Car oui, c'est une évidence, Franck est terriblement gaffeur. Les gags sont très nombreux et font mouche à chaque fois. Les expressions de visage des personnages y sont pour beaucoup, ainsi que la prouesse de faire surgir l'humour en plein moment critique.

    L'aventure et le suspens sont, eux aussi, autant présents que dans le premier tome. Entre la famille rousse qui veut récupérer sa caverne, la nature hostile et les nombreux prédateurs, le danger est partout pour notre adolescent du XXIe siècle. Heureusement, Franck peut toujours compter sur sa nouvelle amie Kenza pour l'accompagner dans toutes ses péripéties; bien que la demoiselle risque, elle aussi, de ne pas détecter le danger quand il se présente...

    Concernant le dessin, le trait est propre, les couleurs très vives et les décors époustouflants. Un vrai plaisir pour les yeux.

    Bref, c'est un tome très rythmé, sans flottement, et avec un humour décapant. La série est décidément très prometteuse, donc si vous ne l'avez pas encore lue, c'est le temps de vous y mettre!

     

    Note

     Frnck, tome 2

    (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique