• Le souffle de Midas

     

    Auteur : Alison Germain
    Éditeur : Le chat noir
    Série : Chroniques homérides
    Année de parution : 2017
    Format : broché
    Genre : fantastique
    Nombre de pages : 272

    Entre tes mains, fille d'Homère, brûle encore le pouvoir des Dieux. Le jour où une inconnue rend son dernier souffle dans mes bras, je sais que ma vie paisible d'étudiante ne sera plus jamais la même. Au lendemain du drame dont j'ai été le seul témoin, aucune trace du crime n'a été retrouvée, tant et si bien que tout le monde me pense folle, moi la première. Seul un homme me croit, Angus Fitzgerald, détective à la recherche d'une personne qui ressemble trait pour trait à la femme morte sous mes yeux. Alors que ce mystère reste sans réponse, les objets que je touche se transforment en or. Et quand le bel Angus me narre le mythe antique de Midas, ce roi grec qui changeait tout en or, je comprends qu'il en sait bien plus sur ce qui m'arrive. Et aussi sur les dangers qui me menacent. Pour moi, le plus imminent est juste là, dans mes mains. Parce que si pour le détective, je suis bénie des Dieux, je ne vois en ce pouvoir qu'une malédiction…

    L'histoire, rédigée à la première personne, est racontée par Louise, étudiante ayant en parallèle un job dans une boutique de pierres précieuses. C'est une héroïne classique à la vie simple qui va d'un coup être chamboulée. Cette situation de départ est plutôt banale et malheureusement, je n'ai pas trouvé la suite du récit plus originale.

    Louise va fuir avec Angus, un homme à la personnalité un peu contradictoire : très évasif sur son histoire, plutôt sérieux et réfléchi et pourtant adepte de sous-entendus sexuels. Je n'ai pas réussi à complètement cerner cette personnalité; il en découle que l'introduction d'une romance avec Louise ne fonctionne pas pour moi.

    Férue de récits mythologiques, j'avais hâte de voir comment tout cela serait exploité. Malheureusement, ce n'est relégué qu'au rang d'anecdote (du moins dans ce premier tome). On parle beaucoup de Midas, Homère et autres personnages d'importance dans la mythologie grecque, mais ils n'ont pas grand intérêt dans l'aventure de Louise et des autres. En revanche, l'auteure a l'air d'avoir de bonnes connaissances en pierres précieuses et en faire des éléments clés de l'aventure est très judicieux. De manière générale, la plume de l'auteur est plutôt agréable, même si les quelques grossièretés échangées dans les dialogues n'étaient pas indispensables.

    Je suis déçue de ne pas avoir senti les héros en grand danger. Malgré tout, la fin est intrigante, dynamique et les dernières phrases entretiennent habilement le suspense.

    Ce livre sortira malheureusement vite de mon esprit par manque d'originalité, mais il pourrait satisfaire les adeptes de romances fantastiques.

     

    Note

            Nous y étions.
            A la lumière diurne, le parc me semblait différent. Les buissons chatoyants, le pépiement des oiseaux ne dressaient aucune illusion. Les images que j'avais en tête demeuraient encore trop virulentes pour que je ne me laisse berner.
         - C'est maintenant ou jamais, m'encouragea Nimue qui avança la première.
           Retenant mon souffle, je lui emboîtai le pas. Mes semelles crissaient sur le gravier, puis dans l'herbe que, deux jours plus tôt, j'avais vue souillée de sang jusqu'à en imbiber la terre. J'avançai avec la trouille de tomber sur un indice. Était-ce réellement une bonne chose de lever le voile sur ce qui s'était passé cette nuit-là? Je nageais en plein doute.
         - Lou, regarde!
           Mon estomac se serra. Qu'avait-elle trouvé? Je n'osais pas regarder. Du sang? Une si grande quantité n'avait pas pu disparaître! Il était certain que nous allions en dénicher la trace. Je ne voulais pas le voir. Je gardais encore à l'esprit son odeur âcre, sa texture poisseuse sur mes doigts.
         - Il y a une espèce de... poussière d'or partout sur le sol, regarde ça!


    3 commentaires
  • Les terres d'Alme, tome 1

    Auteur : Pierre Zandvliet
    Éditeur : Lycane (auto-édition)
    Année de parution : 2015
    Format : broché
    Genre : heroïc fantasy
     Nombre de pages : (à venir)

    C’est un grand jour pour la chevalière Swéna, la jeune fille se voit confier sa première mission en tant qu’émissaire du roi de Chevalienne. Accompagnée d’une escorte de dix chevaliers de l’Ordre, menée par le légendaire Séïssuk, elle part pour un voyage de trois jours en direction du territoire des Lornes, créatures ailées, gigantesques et douées de magie.
    Mais une attaque contraint Séïssuk à diviser l’escorte. Et pour cause, un espion sévirait à Chevalienne et le chevalier ne peut se résoudre à ne pas avertir son roi.
    Arrivée dans les grottes des Lornes, Swéna apprend qu’une de ces puissantes créatures vient d’être attaquée par l’Empire, ennemi éternel de l’Alliance. Sans avoir le temps de prévenir Séïssuk, la jeune chevalière part pour une quête bien plus dangereuse : libérer deux Lornes prisonniers de l’Empire.
    Peu de temps après, Séïssuk est assailli par une vision terrifiante : il est attaqué à son retour à Chevalienne. Attaqué, par un homme… sans visage.

    Entrez dans l'univers foisonnant des Terres d'Alme! Pierre Zandvliet nous offre un tout nouveau monde de fantasy avec des races uniques et une source d'énergie atypique : l'Alme.

    Partez à l'aventure avec Swéna, Seïssuk, Toulk et les autres chevaliers combattre le terrible Dorgath. Au cours de votre mission, vous rencontrez des êtres incroyables : les redoutables Orcances, les Lyans solidaires, les majestueux Lornes, mais aussi les cruels Bénélodors, Barkors et Sol'hans... Ne craignez pas de vous y perdre car chaque race à ses caractéristiques physiques propres, son mode de vie et son territoire. Il est facile de tout assimiler.
    Swéna est une jeune humaine qui sort de son apprentissage et devient émissaire du roi de Chevalienne. Malgré son enthousiasme, elle se retrouve à plusieurs reprises face à des individus rebutés par son inexpérience. J'ai beaucoup aimé cette héroïne courageuse mais parfois dépassée par tout ce qui se déroule autour d'elle. Heureusement, elle est soutenue par un grand nombre d'alliés; mon préféré est indubitablement Feïmer, haut roi des Lyans tiraillé entre ce qu'il pense le mieux pour son peuple et les exigences de ses pairs (en particulier sa colérique épouse).
    Même si Swéna a un rôle majeur dans l'aventure, tout ne tourne pas toujours autour d'elle. On l'abandonne régulièrement pour prendre des nouvelles de Seïssuk et les autres, partis de leur côté, qui sont quelques fois plus en danger que la jeune émissaire. Le livre est un pavé mais il foisonne d'épopées passionnantes, sans lenteur, toujours très rythmées. A ma grande joie, les descriptions de paysages sont courtes et modérés, et les scènes de batailles sont nombreuses et bien décrites. Hors des scènes d'action, on reste sous tension car pour certains personnages, la quête prend une tournure plus personnelle. De plus, il semblerait que l'ennemi rôde dans des lieux qu'on pensait sûrs...

    Je ressors ravie de cette lecture et je suis convaincue que Pierre Zandvliet en a encore "sous la pédale". Après tout, ce livre n'est que le premier tome d'une quadrilogie. Je sens que la suite va être épique (surtout quand on lit les toutes dernières lignes)!
    Si vous souhaitez en savoir d'avantage sur cette saga, il existe un site internet où vous pouvez lire des extraits, des chroniques inédites et découvrir d'autres avis de lecteurs. J'ai rencontré l'auteur à deux reprises lors de séances de dédicaces; il est d'une grande sympathie, passionné par son oeuvre et avide de la faire découvrir au plus grand nombre. Alors vous aussi, laissez-vous séduire!

     

    Note

           Swéna arrêta son engin et s'approcha. Une obscurité impénétrable régnait dans la cavité. Une obscurité qui soufflait un air chaud, à un rythme régulier. Même si la chevalière connaissait les Lornes, c'était la première fois qu'elle venait seule, et surtout à une heure aussi tardive. Elle ne pouvait s'empêcher de ressentir une certaine appréhension. Le souffle vit trembler le sol. Puis une deuxième fois.
           Une masse gigantesque sortit de l'ombre, mais le creux de la vallée était trop sombre pour deviner ses formes.
          - Présente-toi, ordonna une voix puissante accompagnée du souffle chaud.
          - Swéna, chevalière de l'Ordre dans la cité des Humains, énonça-t-elle avec aplomb. Émissaire du roi Vidam, venue pour un entretien avec le seigneur Dranzil, ajouta Swéna avec une certaine fierté.
           Le Lorne leva une lourde patte, et décrivit un arc de cercle devant lui. Un à un, les monolithes qui cerclaient la clairière crépitèrent et diffusèrent une puissante lumière. La créature se trouvait juste devant Swéna, haute et massive. Une large tête taillée en triangle, juchée sur un long et musculeux cou écailleux, le Lorne était muni d'une gueule suffisamment grande pour avaler un Humain d'un coup, et de crocs capable de transpercer n'importe quelle armure. Ses écailles se teintaient de différents tons de rouge sur le dos, jusqu'à l'ocre brune scintillante sur son ventre. Chaque pointe d'écaille semblait enrobée d'or. Une longue ligne de cornes en trident, dont la centrale plus haute et plus grosse, s'étirait du haut de son cou longiligne et descendait jusqu'à la pointe de sa queue.
          - Je vais vous guider jusqu'à mon seigneur. Suivez-moi, ordonna le Lorne de sa voix résonnante, tandis que Swéna était captivée par ses yeux reptiliens où l'iris palpitait de nuances jaunes et vertes.


    votre commentaire
  • La clé d'Oriane

     

    Auteur : Leslie Héliade
    Éditeur : autoédition
    Année de parution : 2017
    Format : numérique
    Genre : fantastique, romance
    Nombre de pages : 190

    Oriane est une dessinatrice talentueuse. Elle tente de se remettre d'une rupture difficile en s'adonnant à sa passion, les jeux vidéo en ligne. Mais lorsque le héros sort de l'écran, le virtuel se mêle au réel, la fantasy à la science-fiction, et tout est bouleversé...

    Bien malgré elle, l’héroïne se trouve entraînée dans un thriller haletant qui fait hurler de rire à chaque page !

    Dès le résumé, on comprend que ce roman reprend un sujet maintes fois exploité : la rencontre et la romance entre un personnage fictif et un personnage réel. Je dois bien reconnaître que, de ce côté-ci, l'histoire et une partie des péripéties ne sont pas très originales. La singularité de ce roman se trouve néanmoins ailleurs : dans son héroïne.

    Malgré son allure et son côté un peu nonchalant, on apprécie Oriane dès les premières pages : cette geek gothique qui a oublié de vieillir brise tous les codes de l'héroïne type. Fraîchement larguée par un policier qui n'est vraiment pas montré sous son meilleur jour, elle se réfugie dans les BD et surtout dans son jeu vidéo en ligne. Enfin une héroïne geek! Une paresseuse qui se plaît de temps en temps à se lamenter sur son sort mais qui, l'instant d'après peut devenir hystérique si on la met en rage. Cela donne lieu à plusieurs scènes drôles.
    Bien qu'elle se réfugie constamment dans des mondes fictifs, Oriane a bien conscience qu'apercevoir dans sa chambre un personnage issu de son jeu vidéo est loin d'être normal. Passée la très longue période d'acceptation qui lui sera nécessaire, elle va aider Serrure, le fameux personnage, à comprendre ce qui lui arrive. Mais pas facile de faire équipe avec un voleur bavard qui ne connaît que les univers fantastiques : magie, quêtes, tavernes et trésors, etc. Et si elle racontait ce qui lui arrive à quelqu'un, elle passerait à coup sûr pour une folle... Que faire alors?

    J'ai apprécié cette drôle d'aventure, ses héros, les personnages secondaires et ce ton léger et animé qui court le long des pages. Même si l'histoire ne surprend pas beaucoup, l'ensemble est pétillant et agréable.

    Merci à Leslie Héliade de m'avoir fait confiance et de m'avoir offert ce chouette moment de lecture.

     

    Note

     

         - Tiens, ce sont des habitations, je suppose?
         Il s'était arrêté devant un immeuble haussmannien. La rue était résidentielle. Il n'y avait rien d'autre. Quelque chose avait attiré son regard, probablement une petite statue en plâtre qui décorait la façade.
         - Cela ne ressemble pas à nos maisonnettes en toit de chaume... C'est plus proche de nos villes du nord, là où les immeubles percent le ciel, et les bas-quartiers sont toujours dans l'obscurité... Non! Je sais! Ca ressemble à Simcity! J'ai beaucoup de culture, vous savez! J'ai pas mal voyagé, dans des univers parallèles. Final Fantasy, Crash Bandicoot... Mais je n'ai jamais rien vu qui ressemble à vos résidences... Vous voyagez, parfois?
         - Pas souvent, non...
         Ils se remirent en chemin. Il avait les mains dans les poches et suivait la jeune femme, tranquillement.
         - C'est dommage. Ça ouvre l'esprit! L'été dernier, j'ai fait du surf sur les plages de Super Mario Bros et l'année prochaine, je pensais skier sur les pentes de Donkey Kong.
         Oriane restait silencieuse. Elle gardait son sang-froid, continuant son chemin en direction du poste de police le plus proche.
         - Mais je ne suis pas fou, hein! J'aime voir le monde, mais il y a des endroits où je ne mets pas les pieds. Assassins's Creed, par exemple...


    votre commentaire
  • Warcraft : Durotan

     

    Auteur : Christie Golden
    Éditeur : Panini Books
    Collection : Warcraft
    Année de parution : 2016
    Format : poche
    Genre : fantasy
    Nombre de pages : 320

    Dans le monde de Draenor, le clan des Loups-de-givre, fort et farouchement indépendant, doit affronter des hivers de plus en plus rigoureux alors que le gibier se fait de plus en plus rare. Lorsque Gul'dan, un mystérieux étranger, demande à voir Durotan, le chef du clan, pour lui proposer de nouveaux territoires de chasse, les orcs doivent prendre une décision pénible : renoncer à leurs demeures, leurs traditions et leur honneur ou faire un bond dans l'inconnu.

    Un récit inédit de survie, de conflits et de magie se déroulant juste avant les événements de Warcraft.

     Petite précision avant de commencer ma chronique : je ne suis pas une joueuse de World of Warcraft; les seuls détails que j'en connaisse sont ceux livrés par le film sorti en 2016.

     Au début du film produit par Legendary et Universal, on découvre un orc noble et robuste : Durotan. Il est chef des Loups-de-givre, l'un des nombreux clans de la Horde dirigée par le terrible sorcier Gul'dan.
    Comment en est-on arrivé là?

    Le livre Warcraft : Durotan remonte plusieurs années avant, lorsque les Loups-de-givre étaient menés Garad, le père de Durotan. On est de suite imprégné de l'ambiance du clan orc et de ses valeurs : la loyauté, l'honneur, le respect de toute vie. Les parties de chasse sont palpitantes et fougueuses, et on sent l'esprit de famille qui règne parmi tous les membres. Chacun est indispensable : Durotan le meneur, Orgrim l'ami loyal, Draka la survivante, Drek'Thar le chaman aux précieuses prophéties, Geyah la sage, etc. A l'inverse, Gul'dan inspire le danger et la mort dès sa première apparition. L'auteure arrive à créer différentes ambiances dans chaque scène avec une facilité déconcertante. C'est un vrai régal!
    Les conditions de survie des Loups-de-givre sont de plus en plus précaires et ils sont touchés par une multitude de malheurs. Si cela démontre leur courage indéfectible, cela devient néanmoins répétitif sur la fin. Malgré cela et le fait qu'on connaisse déjà l'issu du roman, c'est une aventure qui se dévore. En dépit de leur physique abject et leur allure brutale, les orcs, en particulier les Loups-de-givre, sont des créatures avec de vraies valeurs qui peuvent aisément avoir un rôle de héros. On prendre plaisir à en apprendre d'avantage sur eux et leur passé.

    Le lire est compréhensible et abordable même pour ceux qui n'ont pas vu le film.

     

    Note

     

           - Tout cela ne me plaît pas, fit une voix grave et rocailleuse à l'oreille de Durotan.
          C'était celle de Drek'Thar. Maintenant, ses cheveux étaient presque entièrement blancs, mais son corps était toujours aussi robuste, et sa posture aussi droite et imposante que le nouveau venu était courbé.
           - Des ombres s'accrochent à cet orc. La mort chemine derrière lui.
         Durotan examina les crânes accrochés au bâton de Gul'dan et ceux qui étaient empalés sur les pointes hérissant de son manteau. N'importe qui aurait pu faire ce commentaire à la vue des ossements glorifiés qui ornaient le costume de l'orc, or le chaman était aveugle : il voyait la mort, lui aussi, mais pas de la même façon.
           Durotan réprima un frisson.
          - En hiver, les ombres sont longues sur les collines, et j'ai moi-même laissé entrer la mort aujourd'hui. Pourtant, ça n'en fait pas un mauvais présage pour autant, Drek'Thar. Tu peux aussi bien dire que la vie l'accompagne, lui qui a la peau verte.
           - C'est vrai, convint le chaman, le vert est la couleur du printemps... mais mes sens ne perçoivent rien en lui qui annonce un quelconque renouveau.
           - Écoutons ce qu'il a à nous dire avant de décider si sa venue annonce la vie, la mort ou rien du tout.
           Drek'Thar gloussa :
           - Tes yeux sont trop éblouis par la bannière des pourparlers pour te permettre d'y voir clair, mon jeune ami. En temps voulu, ils se dessilleront, et j'espère que ceux de ton père feront de même.


    votre commentaire
  • Un air de liberté

    Auteur : E.R Link
    Editeur : CreateSpace Independent Publishing Platform
    Année de parution : 2015
    Genre : steampunk, romance
    Format : ebook
    Nombre de pages (en édition papier) : 230

    Lorsqu'elle rencontre le beau Bryce, la jeune comtesse Carolyn Fabre des Aiglefins ne se doute pas à quel point sa vie va se trouver bouleversée. Dans un royaume meurtri, qui aura assez de courage pour détrôner le cupide Lord Bertram de la Nuée d’Étourneaux et retrouver la princesse légitime dont la trace a été perdue pendant vingt ans ? Une fantasy victorienne pour toutes celles et ceux qui rêvent d'amour et d'aventure.

     Encore un roman dans lequel on retrouve la patte de E.R Link dès les premières pages. C'est le seul de ses ouvrages que l'auteure défend comme "un livre de bord de piscine"; comprenons par là que "Un Air de Liberté" est plus léger et sort peut-être moins des sentiers battus que ses autres livres.

    La rencontre de Carolyn et Bryce, ces deux jeunes gens trop épris de liberté pour se conformer à la vie en haute société, est tout simplement magique. C'est un "simple" coup de foudre, mais je défie n'importe quelle lectrice (voire lecteur) de dire que cet amour naissant l'a laissé de marbre! Ils sont beaux, ils sont rebelles, ils entretiennent un certain mystère... Les personnages parfaits, en somme. Leur séparation brutale et le drame qui s'en suit finit de sceller l'intensité de ces premiers chapitres. Je tenais à m'arrêter sur ce début d'histoire car il m'a captivée.
    S'en suit après le récit d'un royaume plongé dans le chaos, la quête d'une princesses disparue, des complots et supercheries pour arriver à ses fins, etc. Rien n'est novateur mais cela fonctionne quand même très bien. J'émets une toute petite réserve quant à l’affrontement final qui manque pour moi d'action et de duels. J'aurais aimé que les personnages soient plus en danger.
    Puisqu'on parle des personnages, on n'échappe pas non plus à quelques profils-types (mais des valeurs sûres) tel Bryce et Ankor, les deux amis-ennemis, dont chaque lectrice se sent obliger de prendre le parti (Ankor power!) ou Winona, la jeune voleuse ignorant tout de ses origines princières. Si cette dernière avait été moins passive dans le plan pour la restitution de son trône, cela aurait top mais ce n'est qu'un détail.
    Les adeptes de mécanique et bricolages en tout genre sont servis en terme de jargon et de descriptions d'inventions propres à l'univers steampunk. Mon cerveau imperméable à toute notion mécanique et scientifique n'y a pas compris grand chose mais je dois bien admettre "qu'on s'y croirait". Même chose concernant les différents dirigeables sophistiqués dont on a parfois l'impression qu'ils ont autant de présence et d'importance que les personnages. Si je devais soulever un point négatif, ce serait la trop grande profusion de descriptions vestimentaires. Parfois jusqu'à quatre par chapitre, c'est un peu trop pour moi. C'est vraiment la seule chose qui m'a déplu.
    Pour le reste, je confirme que c'est une aventure steampunk classique, simple et efficace. Les lecteurs romantiques y trouveront également leur compte. E.R Link continue de construire son univers et de nous en éblouir.

     

    Note

     

           - Vos parents savent-ils que vous êtes partie, Carolyn?
           - Et les vôtres, Bryce?
           - Répondez-vous toujours à une question par une autre question? Lança-t-il un éclair facétieux dans le regard.
         - Non. Ils doivent me chercher partout et être bien ennuyés de ne pouvoir me présenter à je ne sais quel comte d'une province éloignée.
         - Attendons et sans doute finiront-ils par croiser les miens! Ils s'épancheront ensemble sur leur pitoyable progéniture ingrate et mal élevée. Les voyez-vous?
          - Absolument pas, dit-elle après avoir scruté les invités qui se déplaçaient à proximité du kiosque, et j'en ai strictement rien à faire.
         Carolyn tourna un visage mutin vers son compagnon. Son espièglerie coloraient ses iris de vert, un vert quasi identique à ceux de Bryce.
           - Vos yeux me fascinent, murmura le jeune homme. Je n'en ai jamais vu de pareils... Pardon, je vous mets mal à l'aise. Ils viennent de virer au bleu.
           - Bien au contraire, milord, rassurez-vous.
         Jamais Carolyn n'accueillit avec autant de chaleur un compliment. Sûrement parce qu'à cet instant précis elle s'était sentie belle au fond des yeux de Bryce. Plus belle qu'elle ne l'avait jamais imaginé.
         Un silence s'installa entre eux, comme si ni l'un ni l'autre ne savait comment rebondir sans s'avouer l'attirance inexpliquée qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre. Une attirance plutôt violente.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique