• Le dernier train

    Le dernier train

     

    Auteur : Amélie Romarin
    Éditeur : Edilivre
    Année de parution : 2017
    Format : numérique
    Genre : romance
    Nombre de pages : 122
    Tranche d'âge : à partir de 15 ans

    (Rédigé par moi-même)

    Lindsay est une jeune femme belge qui décide brutalement de quitter le foyer familial et la Wallonie. Elle laisse derrière elle sa mère, sa sœur et son petit ami (devenu dès lors son ex) qui ont tous du mal à comprendre sa réaction.
    Fraîchement débarquée à Ostende, elle tente de trouver du travail et de mener une vie normale. Mais au cours d'une soirée autour d'un verre, un de ses nouveaux collègues se montre trop entreprenant. Un parfait inconnu va alors venir en aide à la jeune femme...

     Bienvenue en Belgique!  L'aventure de Lindsay se passe dans un contexte social et politique que l'auteure rappelle avec beaucoup d'humour : la guéguerre entre Wallons et Flamands. Ayant moi-même fait un court séjour à Bruxelles il y a peu, je peux affirmer que cette inimitié est bien ancrée dans le pays. Puisque l'héroïne de ce roman passe d'une région à l'autre, elle va être confrontée à ce clivage mais s'en sortir avec brio.
    Mais le sujet principal de ce roman est tout d'abord la recherche de soi. Ayant vécu des épreuves moralement difficiles, Lindsay étouffait dans son quotidien et a eu le besoin de s'échapper. Elle se retrouve seule dans une ville inconnue mais retombe vite sur ses pieds car elle refuse de se laisser aller et de dévoiler sa détresse émotionnelle. Cette partie de l'histoire, qui occupe la majeure partie du roman, est assez bien développée.
    Étonnamment, malgré sa volonté de se reconstruire, Lindsay tombe dans les bras d'un parfait inconnu quelques jours seulement après son exil. Elle va presque instantanément se confier à lui, et lui en fera de même. A partir de là, j'ai été déstabilisée : se laisser aller aussi vite avec quelqu'un qu'elle ne connaît pas ne me semble pas "logique" dans la ligne de conduite de Lindsay. Pour que cette rencontre ressemble à un coup de foudre ou un sauvetage affectif, il aurait fallu qu'on puisse accéder d'avantage aux pensées, aux émotions et à l'intimité des deux protagonistes. Or, on reste spectateurs jusqu'à la fin, malgré un récit écrit à la première personne. A un moment, Matthias sous-entend qu'il a des problèmes relationnels avec son père mais qu'il hésite à en dire plus pour ne pas donner l'impression que ses problèmes sont futiles; le fait d'en rester là donne au contraire ce sentiment de futilité. Dans la même lignée, l'histoire d'amour entre Matthias et Lindsay ne m'a malheureusement ni touchée ni émue car on ne nous expose jamais leur émotions (que ce soit la détresse dans laquelle ils étaient probablement avant leur rencontre ou le bienfait qu'elle leur procure).

    Pour un premier roman, "Le dernier train" est néanmoins intéressant car la plume de l'auteure est agréable et soignée, et la fin ouverte est une promesse de nouveau départ et de pardon pour l'héroïne.

     

    Note

           A mon réveil, il était 17h. Ma sœur avait répondu à mon message : "Contente que tout se passe bien pour toi. A tantôt". J'ai allumé mon ordinateur et j'ai ouvert Skype. Miracle! Ma sœur était connectée! Je l'ai appelée.
       - Salut, a-t-elle dit d'un ton maussade.
       - Hey! Comment tu vas? ai-je demandé sur un ton faussement enjoué, étant mal à l'aise vis-à-vis de son humeur.
       - A ton avis?
       - D'accord... Tu m'en veux, c'est ça?
       - J'aimerais te comprendre, je t'assure. Mais j'y arrive pas. T'avais la haine contre ton parrain quand il nous a bannis de sa vie mais tu réalises que tu fais la même chose là?

           Ouille. Gifle en pleine gueule. Que répondre à ça?

       - J'en ai besoin, Judith. Et, moi au moins, je donne de mes nouvelles. Et je reviendrai peut-être.
       - Oui mais tu ne donnes des nouvelles qu'à moi.
       - C'est mieux que rien, non?
       - Oui...

           C'était un "oui" qui voulait dire "non" en réalité. Je la voyais déjà me dire que je me trouvais des excuses, mais je ne m'en inventais pas! Je sais que c'est difficile à avaler et je ne m'attends pas à ce qu'on me comprenne. Mais j'en ai BESOIN!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :