• Le groupe

    Le groupe

     

    Auteur : Jean-Philippe Blondel
    Éditeur : Actes Sud Junior
    Année de parution : 2017
    Format : broché
    Genre / Thématiques : contemporain, exercices d'écriture
    Nombre de pages : 125

           "On a tous été très secoués. Par toutes les histoires. Les fausses. Les vraies. C'est comme si nous avions été projetés à l'intérieur d'un film très réaliste. Juliette et Camille s'essuyaient les yeux. Boris fixait le plafond pour contrer l'émotion. Mais le plus troublant, c'était Mme Grand. Alors, elle, les digues ont lâché. Elle était carrément en PLS. C'est bizarre de voir un adulte pleurer."

    Durant cinq mois, dix élèves de terminale et deux professeurs se réunissent une heure par semaine dans un monde clos pour écrire. Pour tous, c'est un grand saut dans l'inconnu. Les barrières tombent, ils seront tous au même niveau, à découvert. Un groupe à part.

    Quand on parle d'écriture qui rapproche élèves et professeurs, je ne peux pas m'empêcher de penser au Cercle des poètes disparus, oeuvre littéraire et cinématographique mythique. J'ai donc eu peur que Le Groupe soit, en comparaison, un peu fade. J'avais entièrement tort.
    Deux professeurs de philosophie organisent cet atelier d'écriture auquel dix élèves s'inscrivent. Sous forme de points de vue internes successifs, chacun va écrire en suivant la consigne de la semaine. Certains travaux s'avèrent difficiles -voire impossible- pour plusieurs participants. Pourquoi? On le découvre au fur et à mesure des différents écrits et des réactions qu'ils suscitent parmi élèves et professeurs. Au début, tout le monde se jauge, se juge, se colle une étiquette et en colle une sur les autres; car l'adolescence est l'âge où on juge sur les apparences et où on met tout en oeuvre pour parfaire la sienne.
    Progressivement, grâce à l'atelier, certains vont baisser la garde, se dévoiler aux autres et apprendre à apprécier les autres malgré leurs différences. Plusieurs personnes ressentent le besoin pressant de se côtoyer hors de l'établissement scolaire; l'écriture les a libérés et a profondément changé leur perception des autres. On ressent chez tout le monde au début du livre une individualité et une solitude qui leur semble nécessaires; à la fin, ce dont ils ont besoin, c'est des autres.
    J'ai beaucoup aimé ce roman court et efficace. L'écriture est simple mais on perçoit aisément la personnalité de chacun, ses forces et ses faiblesses. Je croyais déjà au pouvoir salvateur de l'écriture et cette histoire m'a confortée. La couverture peut paraître peu engageante au premier abord mais elle prend tout son sens une fois qu'on est plongé dans l'histoire. Les exercices et la façon dont les participants y répondent sont tellement prenants qu'on a volontiers envie de s'y prêter, de s’intégrer au groupe. Pourquoi pas écrire une suite? Un nouvel atelier avec un nouveau professeur? Une nouvelle promotion d'élèves? Car en refermant le livre, on en veut encore!
    Ce livre plaira assurément aux passionnés d'écriture, à ceux qui croient en ses bienfaits ou à ceux qui ont besoin de les connaître.

     

    Note

           MAXIME - 17 ans - TERMINALE L1

           Je sèche. Je ne veux pas relever la tête, parce que je n'ai pas envie de voir toutes ces silhouettes penchées sur leurs copies. Déjà que j'entends le crissement des mines sur le papier.
           En fait, je ne comprends pas. Bon, je ne suis pas idiot, hein? Au contraire, même. J'ai tendance à être en tête de classe. Voire le meilleur. En histoire-géo et en langues vivantes surtout. En philosophie, cette année, la Mère Grand me saque un peu. Elle trouve que je fais trop de circonvolutions que -comment l'a-t-elle dit l'autre fois?- "j'essaie de noyer le poisson". En gros, que je fais de jolies phrases pleines de subordonnées, d'adverbes et d'adjectifs consciencieusement choisis, des phrases qui ont tendance à donner le vertige au lecteur, mais qui fâchent ce dernier quand il se rend compte que, en fait, elle ne recouvrent que du vent. Des idées stéréotypées. C'est pour ça que je suis là cet après-midi. C'est elle qui m'a forcé. Non, je ne suis pas honnête quand je dis ça. Elle me l'a conseillé. Elle pensait que cela pourrait m'être utile. Jamais on ne m'a parlé comme ça. Avec ce petit sourire condescendant qui t'écrase et te fait sentir comme le dernier des imbéciles. Les profs me respectent d'habitude. Je travaille sérieusement, j'applique les consignes, j'apprends les leçons, j'effectue les recherches demandées, je participe en classe, je ne vais pas leur parler à la fin de l'heure parce que je sais que ça les énerve.  Mme Charmonney, l'an dernier, a même déclaré au conseil de classe que j'incarnais l'élève idéal.[...]
           Ma vie sociale -je préfère ne pas en parler. Je feins de m'en moquer éperdument, je traverse les couloirs à grandes enjambées, en fixant un point au-dessus de la tête de mes congénères, je hante le CDI à la pause du déjeuner. Je prétends que je suis au-dessus de tout ça. Ce qui est curieux dans cette comédie, c'est que je suis persuadé que personne n'est dupe. Ni mes camarades. Ni les profs. Ni moi, surtout. Nous savons tous que je suis seul à en crever.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :