• Les Elus, tome 1 : la prophétie d'Akus

    Auteur : Egerie
    Editeur : CreateSpace Independent Publishing Platform
    Année de parution : 2016
    Format : ebook
    Genre : fantasy
    Nombre de pages (en édition papier) : 266

    Le troisième Monde est menacé. Un puissant sorcier œuvre pour le plonger dans le chaos et les ténèbres en imposant sa domination. Mais la prophétie d'un mage ancien offre encore un espoir. Elle annonce la venue de trois héros. Habitants d'un tout autre monde, ils seront bientôt appelés à sauver celui de la Magie. Leur arrivée est imminente mais nul ne le sait encore. Nul ne sait qui ils sont. Les Elus, eux mêmes, ignorent que leur destin est déjà écrit.

    Dans les premiers chapitres de ce roman, j'étais plutôt sceptique. Dans un monde contemporain, on nous présente trois membres d'une même famille : deux sœurs jumelles et leur cousin ayant tous vingt ans. Pourtant, leurs différents agissements ainsi que leurs dialogues font très -trop- enfantins. Même si on peut encore conserver un côté enfant à cet âge, explorer une maison abandonnée et se disputer chaque objet anodin déniché semble peu crédible.
    Mais cette immaturité des personnages s'évapore presque soudainement dès qu'ils sont propulsés dans un nouvel univers. On prend progressivement plaisir à suivre le parcours de chacun. Le fait de passer d'un héros à l'autre à chaque chapitre donne un bon rythme au récit. Le style de l'auteure est vraiment très agréable. Il y a beaucoup de descriptions (ce qui est presque un élément obligatoire dans les romans de Fantasy), mais on sent l'auteure tellement à l'aise avec les mots et tellement habitée par son univers qu'on les apprécie et qu'on en redemande (ce qui est rarissime me concernant). La profusion de créatures sorties des légendes de la Fantasy rendent le monde d'Egerie encore plus réel et authentique.
    Malgré cela, certains détails du récit m'ont dérangée. Puisqu'il y a trois personnages principaux, j'aurais aimé percevoir trois personnalités bien définies. Or, Lucie et Marie et José ont souvent les mêmes réactions face aux obstacles et aux individus. Aucun n'est déstabilisé dans ce monde où la magie règne en maîtresse, ils acceptent très bien la responsabilité de devoir sauver le monde, etc. Ceci est d'autant plus flagrant quand on constate qu'ils vivent les mêmes événements : rencontre avec un personnage du sexe opposé, apprentissage expéditif avec un être humain plus âgé, course poursuite avec un être malfaisant, etc. C'est très répétitif; dommage qu'il n'y ait pas plus de diversités dans les péripéties. Enfin, les héros sont bienheureux de ne rencontrer que des gens qui n'en ont pas après leurs médaillons; aucun inconnu n'a de mauvaises intentions. Tant mieux pour eux, mais c'est un peu simple.

    Pour résumer, malgré plusieurs maladresses dans la composition de l'histoire, les talents d'écriture de l'auteure rendent ce livre agréable. Pour un premier roman, c'est plutôt réussi et très encourageant pour la suite de la carrière d'Egerie.
    Merci à l'auteure pour sa confiance et à Simplement Pro.

     

    Note

     

           José peinait à se souvenir des événements survenus dans les bois et la demeure mystérieuse, et préférait croire à un rêve surréaliste. Une fois son mal de tête estompé, il voulut découvrir son environnement, mais sa vue était trouble. Instinctivement, il se mit à la recherche de ses lunettes, persuadé de les avoir perdues durant l'étrange tempête. Comme il tâtonnait le sol autour de lui pour les retrouver, elles lui glissèrent sur le bout du nez. Son trouble visuel était donc dû à autre chose.

           "Bizarre!" songea-t-il.

           José entreprit de les nettoyer. Sans doutes étaient-elles ternies par la poussière. Mais, en les ôtant, il ne put constater que, d'une façon incompréhensible et extraordinaire, sa vue devenue nette lui permettait désormais de voir distinctement sans leur assistance. Bien plus encore, José se sentait étrangement différent, changé, sans parvenir à déterminer la nature de ces changements. Plus inexplicables encore, les égratignures causées par les ronces des bois se portaient disparues de ses bras, mais ce détail lui échappa.
           Sans se laisser troubler d'avantage par ce curieux phénomène, tout au moins positif pour lui, il rangea ses lunettes dans sa poche.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :