• Lumière, le voyage de Svetlana

    Lumière, le voyage de Svetlana

    Auteur : Carole Trébor
    Éditeur : Rageot
    Année de parution  : 2016
    Format : broché
    Genre : historique, fantastique
    Nombre de pages : 384

    Entre raison et passion, ombre et lumière, le destin captivant de Svetlana.

    Hantée par la dernière volonté de sa mère adoptive, Svetlana quitte le Paris des Lumières pour rejoindre la Russie des tsars. Au cours de ce voyage, elle rencontre des êtres mystérieux, Varlaam et Mira, et se découvre d'étonnants pouvoirs...
    Pour accepter sa véritable identité, Svetlana doit affronter sa part d'ombre. Et qui, de Boris l'officier d'élite, ou d'Aliocha, le paysan rebelle, l'aidera à se révéler à elle-même?

    Carole Trébor nous offre une histoire des plus originales dans le monde de la littérature pour adolescents; un roman historique se déroulant à l'époque des Lumières et dont l'héroïne n'appartient pas à l'aristocratie. De plus, on sort des frontières françaises. C'est très plaisant de découvrir d'autres décors et la culture russe rarement abordée par les auteurs francophones.

    La première partie du roman est très plaisante. Le narrateur nous décrit une ville sale et puante, fidèle au Paris de l'époque. Au milieu de la fiction, il y a beaucoup de références à des éléments historiques réels : le père de Svetlana a participé à l'élaboration de la fameuse Encyclopédie, Denis Diderot a un rôle secondaire (un ravissement pour moi qui avait adoré Jacques le fataliste)... On est complètement plongé dans cette époque où les Arts et la connaissance avaient une place si importante.
    Suite à la lecture d'un courrier de sa défunte mère adoptive, Svetlana va donc entreprendre un voyage dangereux vers la Russie. A partir de là, il est également fait référence à plusieurs éléments et personnages réels (que je ne connaissais pas, cette fois); il n'est pas nécessaire de savoir de quoi il retourne pour suivre l'histoire de Svetlana, mais pour les plus curieux, un index explicatif est présent à la fin du roman. J'aime beaucoup m'instruire en lisant une fiction, et c'est vraiment le gros plus de celle-ci!
    J'ai beaucoup aimé le personnage de Guy (le voisin de Svetlana) et Varlaam et Mira forment un couple intrigant et attachant. Svetlana est une héroïne cultivée et courageuse qu'on prend plaisir à suivre dans sa quête.J'ai moins apprécié Aliocha qui ne semble pas avoir de personnalité profonde : il exécute les demandes de Svetlana sans protester, il se précipite dans chaque bataille qui se présente, etc; un personnage qui m'a peu intéressée. J'étais cependant impatiente de voir Catherine II entrer en scène, et j'ai été déçue qu'elle soit si peu importante dans la quête de Svetlana. Dommage également que la vérité concernant Boris se devine à des kilomètres...
    Je dois aussi avouer que je n'ai pas été conquise par le côté fantastique de l'histoire. Toute la complexité et les dangers que la magie engendre sont résolus trop facilement. Ceci se fait cruellement sentir dans les vingt dernières pages qui concentrent toute la résolution de l'intrigue à elles seules. Je conçois que le voyage de Svetlana a tout de même été rude (conditions climatiques difficiles, impasses, courses poursuites, etc) mais cette fin est vraiment trop expéditive et certains détails sont même absurdes (faire garder la geôle d'un personnage doté de pouvoirs magiques et accusé de trahison envers l'empire par une petite poignée de soldats, par exemple).

    En conclusion, Lumière est un roman en demi-teinte. Laissez-vous néanmoins tenter si vous êtes adepte de bons romans historiques.

     

    Note

     

           La nuit tombe déjà. Aliocha me rejoint dans l'habitacle, les bruits nocturnes s'élèvent peu à peu, il tend l'oreille, aux aguets.
         - Va y avoir une tempête bientôt, me prévient-il, les sourcils froncés.
         - Pourquoi tu dis ça?
         - T'as pas entendu le hululement d'la chouette?
         - Non...
         - Elle m'a averti. Les chouettes, elles sont les messagères des dieux des vents, affirme-t-il avec le plus grand sérieux.
           Ces oiseaux pourraient le prévenir d'une tempête grâce aux modulations particulières de leurs hululements? Cela me laisse sceptique...
         - Qu'est-ce que c'est que ces superstitions? Tu crois vraiment à ce que tu dis?
         - J'le connais pas ce mot, superstition, ça veut dire quoi?
       - Une superstition, c'est une croyance qui n'est pas fondée sur des faits prouvés. Ni sur un raisonnement... Ni sur une expérience.
         - Et alors? Tu crois peut-être que j'invente? Ce que j'te dis, ça vient toujours de ce que je vis, en vrai!
           Je ne rétorque rien, sa protestation est légitime, ses prédictions se sont déjà révélées exactes et j'ai bien du mal à l'accepter et à le comprendre. Peut-être ces présages ne sont-ils pas vraiment des superstitions, mais relèvent-ils plutôt de sa connaissance expérimentale de la nature qu'il déchiffre comme je déchiffre mes livres? Chaque arbre raconte une histoire, m'a-t-il dit il y a quelques jours. La forêt est pour lui une immense bibliothèque emplie de recueils de contes, de poèmes, d'ouvrages de philosophie et de sciences.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :