• Rose morte, tome 1

    Rose morte, tome 1

    Auteur : Céline Landressie
    Éditeur : Milady
    Format : poche
    Date de parution : 20 mars 2015
    Genre/thématique(s) : fantastique, bit-lit
    Nombre de pages : 600
    ISBN : 9782811214098

    Dans une France en proie à de terribles dissensions religieuses, Rose, unique enfant du comte Greer en exil, est une jeune femme au caractère bien trempé. Mais son père, craignant pour son avenir, désire à tout prix la marier. C'est en essayant de se soustraire à ce destin qu'elle va faire la connaissance du comte Artus de Janlys. Par le biais de cet insaisissable aristocrate, la jeune fille va être propulsée dans un univers de dangers et de mystères, où les meurtres abjects qui terrifient la capitale trouveront une explication incroyable et pourtant bien réelle...

    Comment ne pas être séduit par cet intrigant résumé et par la sublime couverture de Magali Villeneuve? Je tiens à remercier Ludivine et Céline Landressie de s'être associées pour organiser le concours qui m'a permis de découvrir cette saga.

    Rose est une jeune femme approchant la trentaine, indépendante, perspicace, curieuse et irrévérencieuse. Si elle met régulièrement ses parents dans l'embarras, elle ravit le lecteur dès les premières pages. Sa grande amie Charlotte est tout aussi adorable, bien que plus dans les convenances. Elles sont toutes deux dans un univers mondain parfaitement décrit avec toutes ces réceptions bondées de gens aux multiples titres de noblesse diffusant vraies et fausses rumeurs sur leurs semblables. Il serait facile de tomber dans la confusion mais tout reste globalement clair grâce à une remarquable aisance d'écriture de la part de l'auteur. Il y a beaucoup de descriptions, de vocabulaire pointu et de références historiques qui tiennent en admiration et font grandement apprécier la lecture de ce livre.

    Le deuxième élément qui aide en ce sens est, bien entendu, l'énigmatique et captivant Artus de Janlys. Faisant preuve d'une élégance et d'un charisme naturels, il n'a pas son pareil pour fasciner la gente féminine (qu'elle soit lectrice ou personnage fictive). Rose tombe très vite sous son charme et cela semble réciproque. Au début, j'ai trouvé ce coup de foudre un peu facile; fort heureusement, il cache une vérité bien plus complexe...

    Le premier tiers du livre met en avant toutes ces mondanités. La suite est faite de plus d'aventure... et de drame. Entre déconvenues, colère et désir de vengeance, Rose ne sera pas épargnée. Une intrigue policière s'installe alors. J'avoue m'y être très vite perdue. Etant donné le nombre de personnages qui ne cesse de croître, je n'y ai plus rien compris dans le dessein de chacun et son rôle dans l'outrage fait à Rose; et malheureusement pour moi, cette enquête dure jusqu'aux dernières pages, voire plus loin encore... On rentre plus facilement dans l'univers fantastique, subtilement intégré dans le récit historique initial. Les créatures démoniaques ont une vraie part de bestialité incontrôlable et synonyme de mort certaine pour ceux qui croisent leur chemin. Je dois néanmoins reconnaître que les multiples cachotteries d'Artus envers Rose sur ce sujet ont fini par m'agacer; elles durent trop en longueur alors qu'on devine la vérité très rapidement.

    Après avoir lu des critiques plus que positives sur cette saga, je pense que j'en attendais peut-être trop. Mais malgré ces détails difficiles à assimiler et le faux suspense mentionné juste au-dessus, "La floraison" est un premier tome convaincant. Si vous aimez les personnages charismatiques et les écritures avec un vrai style, vous serez séduit par cette série.

     

    Note

           Dès que son amie eut le dos tourné, Rose se remit à scruter la pièce. Au milieu de la multitude d'invités, elle vit le marquis de Jouars s'éloigner vers la salle aux victuailles, avec à son côté le maréchal de Cossé-Brissac. En dehors de cela, elle ne distingua aucun visage connu. Pas même l'Anglais avec sa fraise farfelue.
         - Chercheriez-vous quelqu'un, lady? chuchota-t-on contre son oreille.
            Rose laissa échapper une exclamation. Elle se retourna dans un brusque haut-le-corps, prête à s'insurger contre cette scandaleuse familiarité. Mais ses remontrances moururent dans sa gorge. Le gentilhomme au pourpoint céleste se tenait là, à un mètre d'elle.
           Et il était divinement beau. Son regard, d'un intense vert émeraude, n'était rien moins que stupéfiant...
           Lorsque, sans cesser de l'observer, il s'inclina dans une galante révérence, la luxueuse cape de velours posée sur son épaule se déploya gracieusement le long de ses flancs. Rose, désarçonnée, lui rendit son salut par réflexe.
         - Je ne voulais pas vous effrayer, lady. Veuillez me pardonner, dit-il de cette voix profonde qui l'avait fait tressaillir quelques secondes auparavant.
         - Vous êtes excusé, parvint-elle à articuler alors qu'ils se redressaient tous les deux.
         - Artus d'Holival, seigneur de Boissy et de Pont-Châtel, comte de Janlys. Pour vous servir, lady.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 30 Mars à 21:12
    "Rose Morte" est un univers assez complexe comme j'aime le définir. Lol
    Tout ce que l'autrice écrit n'est pas vain et certains reviennent dans la suite de la saga. Sur le point qu'ils sont nombreux je suis d'accord je m'y perdrais aussi dans ce 1er tome. Mais à force on s'y fait.
    Je sais que si je relisais la saga maintenant je trouverai encore des éléments qui m'avaient échappé au départ.

    J'espère que tu as apprécié malgré tout
    2
    Dimanche 1er Avril à 09:15

    Oui j'ai quand même apprécié. Je me dis que c'est un tome d'introduction donc je laisse sa chance à la suite. Et effectivement, j'ai noté des choses (notamment un prénom féminin) évoqués rien qu'une fois mais dont on ne sait rien de plus pour le moment. Donc je tiens à assouvir ma curiosité ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :