• World of Warcraft : Traveler, tome 1

    World of Warcraft : Traveler, tome 1

    Texte : Greg Weisman
    Éditeur : Bayard Jeunesse
    Date de parution : 7 mars 2018
    Format : broché
    Genre : fantastique
    Nombre de pages : 496
    Tranche d'âge : à partir de 12 ans
    ISBN : 9782747082051

    Aram, 12 ans, a été abandonné par son père, Greydon, quand il était enfant. C'est dire s'il voit son retour d'un très mauvais oeil. Et ce d'autant plus que Greydon l'embarque sur son bateau sans lui demander son avis. Là, Aram doit tout apprendre, sous la houlette d'une jeune fille particulièrement désagréable, Makasa.

    Mais l'équipage est attaqué par une bande de pirates. Aram et Makasa, réfugiés sur un canot de sauvetage, échouent sur une côte sauvage. Seuls survivants, ils décident de prendre la route, guidés par une étrange boussole. Greydon l'a léguée à son fils, avec une mission : ne jamais s'en séparer. Mais elle ne désigne par le Nord... Alors où les mène-t-elle ?

    Merci aux éditions Bayard Jeunesse et à Babelio pour leur confiance.

    Proposer une histoire dans l'univers complexe de Warcraft à un public de jeunes adolescents était un pari risqué. Mais le contrat est rempli pour le premier tome de Traveler.

    Le roman démarre sur le bateau du capitaine Greydon, homme fort et robuste qui vient depuis peu d'y faire monter son fils réfractaire, Aram. Les raisons de cette relation tendue seront expliquées par la suite en flash-back. Aram s'entend malgré tout avec tout le monde, hormis la glaciale Makasa. L'ambiance à bord est très bien décrite et on aurait presque envie de faire partie de l'équipage.

    Par la suite, le décor change radicalement. Au cours de son voyage initiatique, Aram découvre des paysages inattendus et des créatures inconnues. Pour aider le lecteur à mieux assimiler ces différentes races, l'auteur utilise un stratagème efficace : il a doté Aram d'un talent de dessinateur. Ainsi, entre deux pages de récit, on peut découvrir une page de carnet à dessin avec l'esquisse d'un taurène, un gnoll, un murloc ou une wyverne. Les illustrations sont magnifiques et dès qu'on tombe sur une, on a déjà hâte de découvrir la suivante.

    Aram est un héros au grand cœur dont on comprend la détresse au départ de son voyage. Pourtant, il est curieux d'avoir choisi pour personnage principal un jeune homme qui n'est ni doué ni pour le combat, ni pour la stratégie, ni même pour la magie. Il y a plusieurs scènes de combats intenses dans le livre mais Aram ne participe à aucune. On devine qu'il aura un grand destin mais dans ce premier tome, je l'ai trouvé plutôt ennuyeux. Heureusement que la redoutable Makasa est là pour compenser. L'action s'accélère à la fin et ouvre déjà sur de nouvelles aventures où on espère qu'Aram gagnera en expérience et en charisme pour éviter les quelques moments de flottement ressentis à la lecture de ce premier tome.

    Je pense malgré tout que cette série rencontrera son public. Elle est un très bon tremplin pour permettre aux jeunes lecteurs de découvrir la Fantasy.

     

    Note

          Tout à coup, les feuillages remuèrent - il le sentit plutôt qu'il ne l'entendit. Des choses se glissèrent hors de la forêt pour gagner les rochers séparant les bois de la plage. Et ces choses étaient nombreuses. On aurait dit d'énormes chiens au pelage brun zébré de jaune et tacheté de noir, qui se tenaient maladroitement sur deux pattes et portaient des guenilles de laine épaisse renforcées ça et là de pièces d'armure en acier. Ils brandissaient des armes. Beaucoup d'armes. Des massues, des lances, des haches, des bolas et encore des massues, toutes ornées de pointes acérées.
           - Que vois-tu? demanda Greydon.
           - Des gnolls, répondit Aram dans un souffle.
         En général, il détestait que son père teste ses connaissances mais, à ce moment précis, la fascination lui fit oublier sa rancœur. Pendant toute son enfance passée à Comté-du-Lac, Aram avait entendu parler de ces monstres, mais c'était la premier fois qu'il en voyait en chair et en os. Ceux-ci correspondaient parfaitement à la description que Greydon lui en avait faite - même s'il avait omis de mentionner qu'ils étaient terrifiants. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :