• L'homme qui voulut peindre la mer...

    Auteur : Tristan Koëgel
    Éditeur : Didier Jeunesse
    Format : broché
    Date de parution : 6 juin 2018
    Genre /thématiques : nouvelles
    Nombre de pages : 256
    Tranche d'âge : à partir de 12 ans
    ISBN : 9782278085620

    À Gibraltar, une pâtissière ensorcelle ses clients avec des gâteaux,
    À Marseille, une coiffeuse est face au cadavre de son patron,
    Et à Raguse, un homme souhaite emprisonner la mer sur sa toile…

    Sept récits traversent ainsi les époques, de l'antiquité à nos jours, et la Méditerranée, comme autant de visions vibrantes et fantastiques où se jouent des destins, des terreurs, des désirs.

    J'étais tombée follement amoureuse du style et de l'univers de Tristan Koëgel durant ma lecture du Complot du trident. Il n'a pas son pareil pour décrire la mer et nous imprégner d'une atmosphère chaude et enivrante. C'est toujours le cas dans ce recueil où toutes les nouvelles se passent en bord de mer, dans différents coins de l'Europe et de l'Afrique du Nord. Si elle ne sert pas toujours à l'intrigue, l'eau est néanmoins présente et l'auteur plante magnifiquement le décor.

    Là où j'ai malheureusement déchanté, c'est dans le contenu-même des histoires. Pour moi, la mer est synonyme de bien-être, de poésie et de magie; or, j'ai trouvé toutes les nouvelles très sombres. La mort et la folie sont récurrentes, et même si cela était plus ou moins annoncé dans le résumé, j'espérais que cela soit traité de façon plus légère. Je suis allée jusqu'au bout du recueil mais j'appréhendais la lecture de chaque nouveau récit en me disant "que va-t-il se passer cette fois?"

    Même si, encore une fois, l'auteur écrit très bien, ce n'est pas ce que j'espérais lire en ce début de période estivale.

     

    Note

           Ses premières années sur l'île, il les passa à observer son adversaire, à toute heure du jour et de la nuit, en toute saison, dans tous ses états, sous tous les angles. Depuis la côte qui faisait face aux remparts de son ancienne cité, depuis l'autre bout de l'île où les courants filaient vers les rivages de l'Italie, il s'imprégnait de chaque nuance de l'Adriatique. Et de son mouvement surtout. Il ne voulait pas peindre un détail de la mer, mais la mer tout entière, et il ne voyait pas du tout comment s'y prendre. Ça l'énervait beaucoup. Elle changeait de couleur et d'aspect avant qu'il n'ait préparé sa palette et paraissait complètement indifférente à ses colères. En réalité, ces deux-là s'apprivoisaient mutuellement.


    votre commentaire
  • Lune pourpre, tome 1 : Initiée

    Auteur : Laëtitia Danaë
    Éditeur : Snag
    Format : broché
    Date de parution : 7 juin 2018
    Genre : fantasy
    Nombre de pages : 512
    Tranche d'âge : à partir de 15 ans
    ISBN : 9782490151004

    " Un jour, on m'a dit que ce pouvoir exacerbé qui grandissait en moi ne pouvait plus être caché.
    Pour le bien de toutes les espèces opprimées, je me devais d'être une initiée ".

    Lilith, fille de paysan, vit en autarcie dans un village reculé, rongé par les superstitions et les cultes de divinités. Obligée de dissimuler sa vraie nature, elle reçoit un jour la visite d'un homme très singulier, qui prétend pouvoir la protéger de tous les dangers. Malgré elle, Lilith va devoir faire face à de nouvelles responsabilités, dans un monde où elle est considérée comme une icône susceptible de redonner à Hibendrill sa splendeur d'antan.

     A la vue de la couverture et la lecture du quatrième de couverture de ce livre, j'ai immédiatement été gagné par l'excitation. Un roman fantasy avec des loups? J'achète!

    Dans la première moitié du livre, Lilith a 10 ans et vit avec son père dans un petit village sans histoire. Bien entendu, les choses vont rapidement changer et Lilith va être intégrée de force à un monde et une communauté dont elle ignorait complètement l'existence. Cette mise en jambe qui prend des allures de parcours initiatique est très agréable à suivre. On découvre en même temps que l'héroïne tout un tas de choses, de nouveaux personnages, et on ignore tous des dangers qui rôdent. Lilith, malgré son jeune âge, fait preuve de gentillesse, de courage et de curiosité. C'est un personnage qu'on ne peut qu'apprécier, comme la plupart des personnages secondaires.

    La plume de l'auteur est agréable. Tous les événements s'enchaînent de manière fluide même si quelques longueurs sont à mentionner.

    Par la suite, on assiste à une ellipse de plusieurs années et on retrouve Lilith proche de l'âge adulte. Son apprentissage se termine doucement et il est temps de faire ses preuves. Quelques scènes d'actions sont introduites, mais dans la globalité du roman, je trouve qu'elles ne sont pas nombreuses, courtes et peu développées.

    L'histoire s'oriente d'avantage sur les relations entre les personnages. J'aime beaucoup celle entre Lilith et Shae (je garde volontairement l'identité cette personne secrète pour ne pas vous spoiler). Ils sont tellement proches que c'en est proche de la dépendance. En revanche, je n'ai pas apprécié l'histoire d'amour à laquelle on assiste. Elle est trop rapide, cucul et les sentiments peu développés. Mais surtout, elle fait changer Lilith du tout au tout : elle devient niaise et délaisse complètement ses amis. Pour moi, cette romance est de trop et m'a laissé un goût amer quand j'ai terminé le livre.

    Avec ces longueurs et cette romance qui ne fait pas rêver, ce livre m'a un peu déçue. Cependant, il séduira sans nul doute un lectorat moins exigeant grâce à sa magie et ses loups majestueux.

     

    Note

       Lilith reporta son attention sur l'homme agonisant et sentit Léon s'approcher pour lui murmurer à l'oreille :
           - Penses-tu pouvoir faire quelque chose?
         Elle haussa les épaules, incertaine. A vrai dire, elle ignorait comment s'y prendre. Son don, bien qu'elle en usât le plus souvent à volonté, lui sembla soudain extrêmement lourd à assumer. Posant une main légèrement tremblante sur le front de Georges, elle le regarda longuement, consciente qu'elle s'apprêtait à faire quelque chose qu'elle n'avait jamais osé faire auparavant.
         Peu à peu, ses paupières s'alourdirent.


    votre commentaire
  • Frère de yak

     

    Auteur : Gérard Moncomble
    Illustrateur : Boris Zaiontchkovsky
    Éditeur : Fleurus
    Format : broché
    Date de parution : 8 juin 2018
    Genre/thématiques : amitié, animaux
    Nombre de pages : 176
    Tranche d'âge : à partir de 8 ans
    ISBN : 9782215138785

    Qaan, jeune prince héritier des Mügüuls, fuit son destin impérial et découvre une autre vie en compagnie d'un yack blanc, Bâabur, son frère de lait.
    L'amitié de l'enfant et du yack, la révolte face à un destin tout tracé, le rapport à la nature, la découverte de l'autre à travers de multiples rencontres font de ce roman un grand récit initiatique.

    J'ai adoré l'originalité de ce roman. Je n'ai rien trouvé concernant les Mügüuls sur Internet donc je pense que c'est un peuple inventé par l'auteur; si on se fie à leurs coutumes et à la couverture, on peut les apparenter à une communauté tibétaine. J'ai beau chercher, je ne me souviens pas de romans pour la jeunesse se déroulant dans ces alentours. Il doit en exister vraiment peu. De plus, quand on évoque une histoire d'amitié entre un enfant et un animal, le yak (ou tout autre ruminant) est loin d'être la première espèce à laquelle on pense.

    Le texte a été rédigé de façon à ce qu'on ait l'impression de lire un conte traditionnel. Le héros est un jeune prince qui a vécu un drame immense dont il ne se remet pas. Son sauvetage n'aura lieu que grâce à un événement qu'on peut qualifier de miracle. Par la suite, le roman prend des allures de conte initiatique; le jeune prince étant rarement sorti de son palais, son voyage improvisé lui fait découvrir le monde extérieur et surtout les gens qui l'habitent. Pour résumer, c'est un roman riche avec un beau style d'écriture.

    Je dois malgré tout soulever un point négatif. Celui-ci ne concerne pas le texte mais les illustrations. Plusieurs dessins du même style que l'image de couverture sont insérés dans le livre. Leur qualité est malheureusement détériorée par le choix d'un papier blanc terne mais surtout par l'impression en noir et blanc; il est flagrant que les illustrations devaient être initialement en couleur mais au final elles perdent tout contraste et on n'y distingue par grand chose.  C'est une grosse déception.

    Heureusement cela n'a aucune incidence sur l'histoire. C'est un très beau roman qui se lit en quelques petites heures et qui laissera un grand souvenir dans la tête de ses lecteurs.

     

    Note

           La vie au palais est d'un mortel ennui. D'un côté, les hommes : courtisans qui se pressent autour de Xûan comme un essaim de mouches, guerriers, gardes, serviteurs. De l'autre, les femmes et les nourrices. Naturellement, le fils de Xûan ne peut se mêler aux autres enfants, qu'il ne voit jamais.
           Voilà pourquoi Bâabur prend tant d'importance pour lui. Qaan lui confie ses secrets. Le yak semble l'écouter. On les voit le plus souvent côte à côte. Bâabur broute, le prince rêvasse dans l'herbe. Ils s'élancent ensemble pour de longues courses à travers la plaine. Oui, ils sont devenus inséparables. Frères de lait, frères de jeux.


    votre commentaire
  • Le trône des étoiles, Tome 1

    Auteur : Rhoda Belleza
    Éditeur : Nathan
    Format : broché
    Date de parution : 16 mai 2018
    Genre : science fiction
    Nombre de pages : 384
    ISBN : 9782092574072

    Seule survivante de sa dynastie, Rhiannon a passé son enfance à s'entraîner dans le but de venger sa famille assassinée. Mais la veille de son couronnement, elle échappe de justesse à une tentative de régicide et doit se cacher. Cependant aux yeux du monde, la princesse est morte. Le jeune Alyosha, star d'un programme de DroneVision, est accusé de son meurtre et recherché dans tout l'empire.
    Bien qu'ils ne se connaissent pas, leurs destins sont désormais liés. Tous deux sont décidés à faire éclater la vérité, malgré les complots et les menaces de guerre qui pèsent sur la galaxie.

    Je ressors de cette lecture quelque peu mitigée. Le plus gros soucis de ce livre, à mon sens, est la complexité de l'enchaînement des péripéties (mon expression est un peu lourde et barbare, mais je vais m'expliquer). Nous sommes ballottés avec les héros de planètes en satellites un nombre incalculable de fois, si bien qu'un croquis devient nécessaire avant le commencement de l'histoire; et autant vous dire que m'y suis référé souvent. Minimiser les déplacements ou leur donner une véritable utilité aurait permis à l'histoire de gagner en clarté.
    J'ai été également déçue par la fin. Je pense que l'auteur a voulu clôturer son premier tome par un magistral cliffhanger, sauf que celui-ci se devine à des kilomètres. Trop d'indices sont semés dans les derniers chapitres et beaucoup de choses sont prévisibles.

    Passées ces points négatifs, ce roman présente néanmoins des éléments très intéressants.

    J'ai apprécié les personnages; tout particulièrement Rhiannon, la princesse déchue. C'est une adolescente en colère, sûre d'elle et déterminée à venger la mort de sa famille. Mais au cours de son aventure, ses certitudes vont être ébranlées et ses ambitions changées. Dans l'ensemble, tous les personnages principaux et secondaires présentent des similitudes dans leur caractère, comme par exemple une certaine réserve. Cela ne m'a pas dérangée dans la mesure où les personnages évoluent dans un monde très hostile, donc s'abandonner à la peur, le désespoir ou même l'amour pourrait les mettre en danger.
    Ensuite, ils ont accès à une technologie avancée fascinante. Beaucoup de citoyens des différents peuples sont dépendants d'une petite puce qu'on appelle "un cube". Ce gadget possède de nombreuses capacités qui vont être essentielles au bon déroulement des événements. Les adeptes de science-fiction retrouveront bien évidemment des vaisseaux, des capsules et autres engins spatiaux.
    Enfin, comme il est suggéré dans le résumé, il s'agit d'une histoire de complot. Je suis très friande de ce genre de contexte où ne peut se fier à personne. Qui cache son jeu? Qu'est-ce qui se trame dans l'ombre?

    Pour résumer, ce fut pour moi une lecture agréable malgré des imperfections. Si la suite sort rapidement, je pourrais tenter de la lire. Mais si elle tarde, j'ai peur que cette histoire sorte vite de mon esprit...

     

    Note

           Après avoir appris la mort de sa famille, elle s'était empressée de fouiller dans les souvenirs de son cube à la recherche du dernier moment passé avec eux. Elle l'avait regretté. Elle aurait préféré ne pas se rappeler les cheveux grisonnants de sa mère, les cernes qui se creusaient sous les yeux de son père, sa sœur qui faisait exprès de l'ignorer. Ils étaient tous en colère, tous déçus. Étrangement, dans le souvenir enregistré par le cube, ils paraissaient plus froids que ce dont elle se rappelait. Comme s'ils étaient déjà morts depuis des années.
         Personne ne vous disait que la mémoire fonctionnait comme ça, que vous risquiez de gâcher les choses auxquelles vous teniez.


    votre commentaire
  • Swimming Pool

    Auteur : Sarah Crossan
    Éditeur : Rageot
    Date de parution : 16 mai 2018
    Format : broché
    Genre/thématique(s) : harcèlement scolaire, immigration
    Tranche d'âge : à partir de 12 ans
    Nombre de pages : 232
    ISBN : 9782700256444

    Kasienka est polonaise et elle vient d'arriver en Angleterre avec sa mère. Mais la vie ici n'a rien d'une vie rêvée. Kasienka se sent seule. Heureusement, il y a la piscine, il y a l'eau. Et dans l'équipe de natation, il y a William...

    J'avais déjà été conquise par la première collaboration entre Sarah Crossan et Clémentine Beauvais pour le roman Inséparables (ma chronique est par ici).

    Si l'écriture en vers, simple et poétique, est toujours un délice dans ce nouveau roman, l'ambiance générale est beaucoup plus sombre. Pour cause : le thème central est celui du harcèlement scolaire. Kasienka vit dans un logis étriqué avec sa mère et n'a pas les codes vestimentaires et comportementaux des adolescentes anglaises. Elle devient donc la tête de turc de ses camarades; celle qu'on humilie et qu'on choisit en dernier dans les équipes de sport. Cette ambiance pesante est constante, parfaitement retranscrite. On prend vite la pauvre Kasienka en pitié; sa détresse fait mal au cœur. Malgré tout, elle est incroyablement courageuse et ne craque jamais.

    A côté de cela, elle doit aussi mener à bien la mission qui les a amenées, sa mère et elle, en Angleterre : retrouver son père.

    Bref, la vie de Kasienka n'est pas de tout repos. Sa touchante aventure est superbement écrite, bien qu'un peu courte. Encore une belle prouesse de la part de Sarah Crossan. A quand le prochain livre? :)

     

    Note


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique