• Les Pluies, tome 1

    Auteur : Vincent Villeminot
    Éditeur : Fleurus
    Année de parution : 2016
    Format : broché
    Genre : aventure, catastrophe naturelle
    Nombre de pages : 340

           Kosh sortit sous le déluge, courut le longe de la rue nationale. Les rares voitures en stationnement avaient déjà de l'eau au ras de leurs caisses. Le courant était fort. Quand il arriva au Nord du village, il comprit que c'était foutu. Il n'y avait plus de pont, ici non plus. Le tablier, le parapet apparaissaient encore parfois dans la boue écumante. Rien de plus. L'eau rugissait et roulait à hauteur du haut des digues. De l'autre côté, sur l'autre rive : plus de prairie, plus d'herbe - juste un fleuve immense large comme un bras de mer.

           On est coupé du monde...
    Il revint en courant vers la maison. Que faire? L'eau pouvait-elle monter jusqu'au étages?
    - On va à l'église. Suivez-moi!
    - A l'église? demanda Lou.
    - Ouais, dans le clocher. C'est l'endroit le plus haut du village. Pressez-vous, l'eau arrive...

     Kosh, Lou, Noah, Malcolm et Ombre sont cinq enfants qui se retrouvent livrés à eux-mêmes quand, au bout de huit mois de pluie ininterrompue, l'eau déborde des digues et inonde rapidement la ville. Tout au long du roman, on a ce sentiment d'urgence, cette idée que les personnages se doivent d'agir vite s'ils tiennent à survivre. Kosh, le plus âgé, adosse naturellement le rôle de leader mais d'autres ont aussi des talents qui serviront au groupe. Ma déception est que Lou, la seule fille du groupe (hormis Ombre, le nourrisson), n'apporte pas une grande contribution à la survie. On a le sentiment qu'elle est là uniquement pour enchanter Kosh et pour s'occuper d'Ombre. Mon petit côté féministe espère qu'elle s'affirmera un peu plus dans le tome suivant. Je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages de manière générale. Il y comme une distance instaurée entre eux et le lecteur, comme si la survie était plus importante que de se faire apprécier. C'est peut-être volontaire de la part de l'auteur mais cela représente pour moi un point négatif.
    En revanche, là où Vincent Villeminot est très fort, c'est qu'il est impossible de deviner ce qui va arriver aux héros. Quand on connaît leur situation de départ, on suppose qu'ils ne peuvent pas rester dans leur village, mais chaque étape de leur voyage est une surprise et les rebondissements éclatent quand on s'y attend le moins. L'apothéose arrive dans les vingt dernières pages où l'action et le suspense sont à leur comble. L'épilogue ouvre sur la suite, mais mieux vaut ne pas faire de suppositions hâtives sur les prochaines péripéties car l'auteur va très certainement prendre un chemin complètement différent.
    L'écriture est fluide et dynamique. Moi qui ai une fâcheuse tendance à décrocher quand il y a trop de descriptions, j'ai réussi à suivre celles de ce roman. Elles sont plus que nécessaires pour maintenir le sentiment d'urgence; il n'y en a ni trop ni pas assez.

    En résumé, malgré des personnages un peu fades, Les Pluies est un roman d'aventure très intense -limite frissonnant quand on s'imagine dans une telle situation. Et vous, pensez-vous pouvoir survivre au déchaînement des éléments?

     

    Note : 

        La réserve de barreaux de la rampe d'escalier s'épuisait, même s'ils maintenaient des feux de plus en plus modestes. La batterie du téléphone de Lou était vide depuis longtemps. Si la catastrophe était générale, il ne fallait compter que sur soi. Kosh en parla à Lou avant le dîner, profitant d'une énième bouderie des deux affreux, qu'il avait séparés. Peut-être pourrait-il nager de maison en maison, expliqua-t-il... Entrer en apnée dans les salons, récupérer des morceaux de bois, des câbles et des cordes, des conserves aussi? C'était très incertain, mais sans doute l'était-il encore d'avantage d'attendre sans rien tenter.
       - Kosh, si tu redescends et que tu te noies, je serai seule avec eux trois. Et Noah a une telle trouille de l'eau qu'il ne nous servira à rien.
       - Tu préfères qu'on meure de faim ici, sur notre perchoir?
       Elle secoua la tête mais ne répondit pas. Il ne devina pas de réponse non plus dans ses yeux clairs. Étrangement, la catastrophe et ces trois jours d'attente, d'espoirs déçus, les éloignaient, chacun se repliant dans la défense de son frère au gré des disputes de Noah et Malcolm; et Lou reprochant à Kosh ses humeurs quand il n'en pouvait plus d'entendre brailler la petite.
       Peut-être aussi avaient-ils tout à fait cessé de croire aux miracles?


    2 commentaires
  • Tout ce qu'une maman ne dira jamais

     

    Texte : Noé Carlain
    Dessin : Ronan Badel
    Éditeur : L'élan vert
    Année de parution : 2015
    Format : grand format, couverture rigide
    Nombre de pages : 32
     Tranche d'âge : à partir de 3 ans

    Mon lanceur de petits pois, j'adore quand tu joues avec la nourriture!

     Tout est dit dans le titre : cet album original fait une liste de consignes qu'une maman  ne dirait jamais; ces phrases sont l'exact opposé de ce qu'une maman a l'habitude de répéter. Chaque phrase est illustrée et mise en action par un petit garçon et son chat, héros du livre. Le tout est un régal, bourré d'humour. A chaque page tournée, on se dit que ce serait quand même chouette si nos mamans donnaient toutes ces permissions au lieu d'interdire plein de choses et de donner des ordres. Heureusement, loin d'envoyer un message de rébellion aux têtes blondes, cet album se termine par une morale bienveillante et toute en tendresse.
    J'ai vraiment eu un gros coup de cœur pour les illustrations. Ce petit garçon aux cheveux en pétard est très expressif, comme son camarade de bêtises : le chat. La composition des images est très simple, peu chargée et pourtant l'envie de rire est là; la prouesse est d'autant plus remarquable que sur une bonne partie des images, seules quelques parties du corps de l'enfant sont visibles. Tout est dans la suggestion et cela fonctionne très bien.
    Lecture de circonstance en cette période de fête des mères, cette histoire sympathique rappelle avec humour que, malgré leurs remontrances, les mamans sont aimantes et il se passerait beaucoup de catastrophes si elles n'étaient pas là.

     

    Note : 

    Tout ce qu'une maman ne dira jamais

    (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire
  • Starve

     

    Scénario : Brian Wood
    Dessin : Danijel Zelzelj
    Couleurs : Dave Stewart
    Éditeur : Urban Comics
    Collection : Indies
    Année de parution : 2017
    Genre : comics indépendant
    Nombre de pages : 256 (one shot)

    Dans un monde où les inégalités ont achevé de fracturer la société en deux, puissants comme laissés-pour-compte se réunissent autour d'un programme de télé-réalité culinaire, Starve, créé par le célèbre chef Gavin Cruikshank et mettant en scène une série de défis tous plus obscènes les uns que les autres. En exil choisi depuis plusieurs années, le chef Gavin décide de revenir mettre de l'ordre dans son émission en enseignant à l'élite une leçon qu'elle n'est pas prête d'oublier.

    J'ai failli être rebutée par le dessin aux traits épais et anguleux et au noir omniprésent; mais en entamant le récit, on constate que ce style est parfaitement adapté au scénario sombre et à l'ambiance glauque de la BD.
    Gavin Cruikshank, la cinquantaine, est un ancien chef culinaire mondialement connu dont la réputation de débauché n'est plus à faire. Un soir, dans un bar miteux d'Asie du Sud-Est, un employé de la chaîne pour laquelle il travaillait avant de s'exiler vient à sa rencontre et lui annonce qu'un contrat le lie toujours à son ancienne émission phare, Starve, et qu'il a pour obligation de participer à une nouvelle saison. De retour aux Etats-Unis, Gavin devra de nouveau faire face aux inégalités sociales, aux lois cruelles de la compétition, et à son ex-femme et sa fille qu'il a abandonnées.
    L'ambiance qui se dégage de cette histoire est sombre, malsaine et violente. Les organisateurs de Starve n'ont plus ni morale ni conscience et la violence de leurs défis n'a aucune limite : tuer et dépecer un animal devant les caméras, cuisiner du chien, tabasser toute une brigade des bas quartiers pour prendre possession de leur cuisine, etc. Gavin relève tous ces défis haut la main et le public en redemande toujours plus. Le chef n'est nullement déstabilisé par toutes ces immondices; cependant, il veut se racheter une conduite auprès de sa fille qui est revenue spontanément vers lui. Elle représente l'espoir et la lumière au milieu de ce monde en perdition. Gavin va donc innover, désobéir, frapper des visages... mais cette fois pour la bonne cause.
    Ce récit d'anticipation fait froid dans le dos! Brian Wood a composé un scénario brillant et solide aux personnages en pierre brute. En dépit de tous ses défauts et ses erreurs passées, j'adore Gavin! Une fois ouvert, impossible de lâcher ce comics. Jetez-vous dessus! Vous ne verrez plus les émissions culinaires de la même façon...

     

    Note

    Starve

    (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire
  • Les Porteurs, tome 1

    Auteur : C.Kueva
    Éditeur : Thierry Magnier
    Année de parution : 2017
    Format : broché
    Genre : science-fiction
    Nombre de pages : 303

    Gaëlle a choisi d'être une femme, Flo hésite encore. Matt, lui, sait que dans trois mois, il deviendra un homme. Dans cette société, tous les enfants naissent hermaphrodites. A seize ans, les adolescents doivent choisir leur sexe. Tous, sauf ceux atteints d'une déficience qui les condamne à un autre destin. On les appelle les Porteurs. Matt découvre qu'il est l'un de ceux-là. Mais que cache vraiment la déficience des Porteurs? Pourquoi l'Etat les tient-ils sous haute surveillance? Une formidable histoire de manipulation, de secret d'état, et bien entendu, d'amour.
    Ce premier roman est le premier volume d'une trilogie.

    Nous voici dans une société futuriste où un incident nucléaire a bouleversé les lois de la nature : la reproduction naturelle n'existe plus et les êtres humains ont la possibilité de choisir leur sexe à seize ans. Ce choix constitue un événement majeur dans la vie de chaque individu et les pre-Seza (les enfants qui n'ont pas encore de sexe défini) sont très encadrés avant de donner leur verdict. Matt en fait partie et sa décision est déjà claire dans sa tête, mais tout ne va pas se passer comme prévu...
    Le concept est très original. J'aime bien l'idée d'un monde où on pourrait choisir son genre, où cette distinction ne serait pas le fruit du hasard mais une vraie décision personnelle. La seule chose qui me dérange, c'est que l'homosexualité semble avoir complètement "disparu" de cette société. Faut-il obligatoirement devenir femme si on sent une attirance pour les hommes? Matt dit à un moment quelque chose du genre : Gaëlle aimait se faire belle et marcher avec élégance; le choix d'être une femme s'est donc imposé naturellement à elle. Pourquoi tomber dans un tel stéréotype? Gaëlle aurait très pu être un homme maniéré. Si le choix du sexe semble dans un premier temps représenter une nouvelle liberté chez les êtres humains, certaines réflexions des personnages laissent sous-entendre qu'ils sont en fait très formatés et que leur décision finale est influencée par beaucoup d'idées arrêtées. Est-ce intentionnel de la part de l'auteur?
    Si Matt est un personnage lambda qui ne fait pas trop d'histoires, Gaëlle, sa petite-amie, est beaucoup plus extravertie et démonstrative; je trouve que ces deux-là forment un duo qui fonctionne bien. Je n'ai pas été surprise qu'on découvre une société secrète qui désapprouve les soins apportés par le gouvernement aux Porteurs; j'aurais en revanche aimé sentir que les héros courent un véritable danger. Malgré tous les secrets révélés, on ne sent pas que les méthodes qu'ils emploient ne leur fait pas courir un énorme risque. Peut-être que le rythme s’accélérera dans les tomes suivants mais dans celui-là, l'action manque cruellement. La fin reste pourtant très surprenante. Impossible de deviner dès le début dans quel état seront les héros à la fin du livre.

    En résumé, même si aucune menace n'est vraiment apparente dans ce premier tome au sujet innovant, beaucoup de questions sont soulevées et méritent qu'on s'intéresse aux prochains tomes pour y répondre. Affaire à suivre...

     

    Note

              La vie peut basculer en une seconde. On a des projets pour ses prochaines vacances, des questions sur son orientation scolaire, des espoirs amoureux, des partitions de guitare à déchiffrer, une contrariété pour sa coupe de cheveux ratée ou un bouton mal placée sur le nez et la seconde suivante plus rien de toue cela n'a de sens. Les tracasseries d'avant nous paraissent, avec le recul, de doux moments de légèreté quotidienne. On les chérit, elles nous attendrissent, on aimerait tant retrouver l'insouciance. Celle qui nous a fait confondre l'insignifiant et l'important. Mais la seconde d'après nous ramène à une autre échelle. On découvre que l'important, c'est autre chose que la mauvaise note en maths ou les vacances ratées. Ensuite, on repense à cette seconde, on se la repasse en boucle dans la tête. On essaie de figer le temps d'avant, comme si on pouvait, à force d'y revenir encore et encore, effacer la seconde fatidique et reprendre le cours normal de l'existence.

              Cette seconde-là, elle est arrivée au petit-déjeuner, quelques jours après la Seza de Flo. Je m'en souviens précisément car j'avais remarqué l'enveloppe sur le guéridon dans l'entrée, là où Julien avait posé le courrier récupéré dans la boîte aux lettres. Sur cette enveloppe, il y avait le même logo que sur celle de Flo, le logo rouge du CPH. Pourquoi le Centre de Planning Hormonal nous écrivait-il? Peut-être pour préparer ma Seza mais ça me semblait un peu tôt.


    votre commentaire
  • Les 7 Princes et le labyrinthe millénaire, T.01

     

    Scénario : Yu Aikawa
    Dessin : Haruno Atori
    Éditeur : Doki Doki
    Année de parution : 2017
    Genre : seinen
    Nombre de pages : 192

    Un beau jour, une poignée de jeunes gens triés sur le volet se retrouvent enfermés dans un château et sont invités à choisir parmi eux le prochain empereur, une tradition en place depuis 400 ans dans cet empire.
    Mais ce qui semblait n'être qu'un processus classique de nomination du souverain dégénère très vite en sanglante machination ourdie par une main invisible.
    Nos valeureux prétendants au trône pourront-ils sortir vivants de ce château maudit?

    J'ai été de suite intriguée par le résumé de ce manga.
    Yuan semble faire office de personnage principal. Il se réveille dans ce château sans savoir comment il s'y retrouvé et va, durant son parcours pour trouver une issue, rencontrer six autres personnages qui semblent aussi perdus que lui... du moins en apparence. Si le caractère innocent de Yuan ne fait aucun doute, celui des autres personnages ne demandent qu'à être révélé au-delà de leur gentillesse apparente.
    Ce tome "de présentation" m'a convaincue. Sans rentrer pas dans les détails, on sent que chacun a sa propre personnalité. On peut d'ors et déjà choisir son préféré. Pour ma part j'adore Lawrence et je me me méfie de Messiah et de Zan. Le décor et l'ambiance générale sont très intimidants. Non contents de devoir survivre aux autres, les héros devront déjouer les pièges mortels du château. Le tout est tellement angoissant que les infimes moments d'humour font mouche! Les dessins sont dynamiques, les personnages très expressifs et les jeux d'ombre et de lumière réussis.
    On referme ce manga en se posant beaucoup de questions dont les réponses se feront cruellement attendre. C'est vraiment prometteur pour la suite.
    Série en 4 tomes.

     

    Note

     

    Les 7 Princes et le labyrinthe millénaire, T.01

    (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire