• Inséparables

    Auteur : Sarah Crossan
    Éditeur : Rageot
    Année de parution : 2017
    Format : broché
    Genre / thématiques : drame, vie quotidienne
    Nombre de pages : 416

                                                            Grace et Tippi. Tippi et Grace.
                                                            Deux soeurs siamoises, deux ados inséparables,
                                                            entrent au lycée pour la première fois...

                                                            Elle me dit : "On peut aller au lycée,
                                                            et avoir un boulot,
                                                            et conduire une voiture et nager et partir en rando.
                                                           Tu sais que je te suivrai
                                                           n'importe où, Gracie.
                                                           Tout ce que tu veux,
                                                           dis-le-moi,
                                                           et on le fera.
                                                           On peut tout faire,
                                                           Ok?"

                                                           Je lui réponds : "Ok."

                                                          "Mais ce qu'on ne pourra jamais,
                                                                        jamais faire,
                                                                       c'est tomber amoureuses.
                                                          C'est clair?"

     

    Voilà un roman bien singulier, dans le fond comme dans la forme. Les rayons de littérature ado/young adult débordent d'histoires d'adolescents malades, handicapés, différents, etc. C'est la première fois qu'on a affaire à des siamoises (en tout cas, à ma connaissance).

    Si vous avez peur que le roman tombe trop dans le pathos, avec des personnages qui se plaignent tout le temps à cause d'une malformation mal décrite dont l'auteure ne connaît absolument rien, soyez rassurés. Sarah Crossan explique qu'elle s'est longtemps documenté avec des témoignages de siamois, de leur famille et de leurs médecins. Résultat, on lit un roman simple, sans fioriture, avec des héroïnes qui ont conscience de leur différence mais qui ne comprennent pourquoi est-ce tant un problème pour les gens "normaux". L'auteure a une telle aisance avec son sujet et avec sa plume qu'on se met aisément à la place de Tippi et Grace; on ressent la même angoisse qu'elles à l'idée d'aller étudier dans un établissement public, la même incompréhension face à certaines réactions, la même gêne face aux sacrifices faits par leur famille, etc. C'est captivant du début à la fin!

    La forme du texte, en vers libres, donne une vraie clarté au texte, une importance à chaque mot qui le composent. On n'est jamais décontenancé par cette forme inhabituelle qui donne une musique, un sens poétique au récit. Il n'y a pas de grandes péripéties ou de situations rocambolesques, mais ce livre n'en a nul besoin. Le récit du quotidien des deux sœurs est tellement bien abordé qu'il suffit à construire une histoire passionnante. J'ai même trouvé l'historie d'amour complètement secondaire.

    Malgré leur statut de jumelles, Grace et Tippi ont une personnalité très différente, ce qui les rend chacune attachante à leur façon et qui nous fait tant redouter l'issu de l'histoire... Je donnerai peu de détails à ce sujet pour ne pas spoiler les futurs lecteurs. Je dirai simplement que c'est une fin intense, ouverte, en quelque sorte, car on a peu d'éléments nous laissant deviner l'avenir des personnages. C'est aussi à ce moment que le titre prend tout son sens.

    Inséparables est un roman coup de poing, original et brillant. C'est un bel ode à la tolérance et à l'amour filial.

     

    Note

     

                                        Qu'est-ce que la mocheté?

                                         J'ai été dans tellement d'hôpitaux, j'en ai vu des
                                            horreurs :
                                         un gamin au visage à moitié fondu,
                                         une femme au nez arraché, aux oreilles
                                         pendantes
                                                   comme des tranches de bacon.

                                         C'est ça que les gens appellent moche.

                                         Pas moi.

                                         J'ai appris à être moins cruelle que ça.

                                         Mais je sais ce que Tippi veut dire.

                                         Les gens nous trouvent grotesques,
                                         surtout de loin,
                                         quand ils nous voient comme un seul être,
                                         ces deux corps distincts
                                                    qui se confondent,
                                                    tout à coup,
                                                    à la taille.

                                         Mais si on nous prenait en photo, juste tête et épaules,
                                         à partir de ces portraits,
                                         la seule chose que les gens remarqueraient, ce serait
                                            qu'on est
                                            jumelles,
                                                    l'une - moi - les cheveux mi-longs,
                                         l'autre -Tippi -un peu plus courts,
                                         le nez retroussé toutes les deux,
                                         sourcils exactement circonflexes.

                                         C'est vrai qu'on est différentes.

                                         Mais moches?

                                         Allez.

                                         Me faites pas rigoler.


    votre commentaire
  • Au taf

    Texte / Dessin : Vaïnui de Castelbajac
    Éditeur : Delcourt / Tapas
    Année de parution : 2017
    Genre : BD humour
    Nombre de pages : 128

     Recrutements, réunions, fusions, fêtes de fin d'année, collègues envahissants, Vaïnui invente un quotidien absurde qui fait pourtant écho à des situations bien réelles. On s'amuse des aventures et mésaventures d'un patron impitoyable et de ses employés malmenés, et de leurs échanges francs et grinçants ! Mais la partie bonus, "Bêtes de travail", consacrée aux animaux, déborde de tendresse !

    Les patrons tyranniques ont enfin droit à leur BD!

    Même si votre patron est un amour et que vous ne vous sentez pas concerné par le sujet principal de cette oeuvre, vous vous reconnaîtrez peut-être dans l'addiction à la machine à café ou dans les réunions qui partent dans tous les sens. On a bien évidemment affaire à de l'humour noir agrémenté de beaucoup de cynisme. Le tout est extrêmement drôle. Certes pages, en juste un dessin et une phrase, donnent immédiatement le sourire.

    Pour ceux qui ne seraient pas adeptes de cet humour avec critique des conditions de travail sous-jacentes, la dernière partie du livre présente le même type de gags mais adapté aux animaux. On est beaucoup plus dans l'absurde, mais me concernant, c'est toujours aussi efficace, voire encore plus.

    Les décors de bureau sont facilement reconnaissables, les dessins proches de la caricature, et le contour des vignettes comme tracé à main levée donne un effet léger, non conformiste.

    Pour moi c'est le genre de livre humoristique diablement efficace et dont je ne me lasserai jamais. Et je ne me plaindrai plus jamais de mes conditions de travail!^^

     

    Note

    Au taf

     (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire
  • Le grand jour

     

    Texte / Dessin : François Roussel
    Éditeur : Glénat
    Collection : p'tit Glénat
    Année de parution : 2017
    Format : format moyen, couverture rigide
    Nombre de pages : 32
    Tranche d'âge : à partir de 3 ans

    C'est un grand jour pour la petite coccinelle. Elle doit apprendre à voler de ses propres ailes mais elle a peur... très très très peur...

    Sa maman réussira-t-elle à lui faire prendre son envol ?

    Comme le laisse deviner la couverture, cette petite coccinelle est vraiment toute mignonne. Les traits sont simples, la police d'écriture l'est tout autant et donne un sentiment de légèreté. Le jeu de couleur entre le noir, le blanc et le rouge vif est très joli, et les yeux de l'héroïne grands ouverts sur le monde lui donnent un air très expressif. On le voit notamment à sa réaction quand sa maman lui dit qu'il est grand temps de voler. Elle fond en larmes et donne à sa mère une énumération de choses qui la terrifient. La maman cède pour cette fois... consciente pourtant qu'elle n'est pas si loin du but.

    L'histoire est gentillette, la fin amusante. Cet album est idéal pour encourager les têtes blondes qui ont peur de se lancer dans l'inconnu et de "voler de leurs propres ailes".

     

    Note

    Le grand jour

    (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire
  • "Les pluies", tome 2

     

    Auteur : Vincent Villeminot
    Éditeur : Fleurus
    Année de parution : 2017
    Format : broché
    Genre : dystopie
    Nombre de pages : 320

    Komolo, ville "refuge", située à peine au-dessus de la nouvelle mer formée par le Déluge. 300 000 survivants s'y entassent, depuis la catastrophe. De la Tour où on la garde enfermée, Lou a vu arriver Noah, Kosh et Ombre, les rescapés du paquebot, accompagnés de Chiloé. Avec Malcolm, elle parvient à se précipiter au pied des murailles... Mais il est déà trop tard : son amoureux et sa famille sont arrivés dans un hors-bord frappé de la tête de mort. Les jeunes gens sont accusés de piraterie. Désormais, une course contre la montre est engagée : il faut faire évader coûte que coûte Kosh et Noah. Quitte à frayer avec les trafiquants de la ville, à affronter les soldats, les prisons, la peur. Puis il faut fuir. Mais vers où? Vers les bois hantés de réfugiés, dans les montagnes de Kamachka? Ou vers Chaazam, repère de pirates, où les attend le dénouement?

    → Ma chronique du tome 1 est disponible ici

     Cette chronique contient des spoils du tome 1 

    A la fin du tome 1, nous laissions le groupe composé de Kosh, Noah et Chiloé bien amoché après une confrontation houleuse. Les dernières lignes du livre laissaient espérer des retrouvailles prochaines avec Lou et Malcolm. Mais si vous connaissez les œuvres de Vincent Villeminot, vous savez que ce sera loin d'être aussi facile...

    Dans ce tome 2, ce sont Lou et Malcolm les personnages principaux. On les retrouve dans un contexte qui fait comprendre que leurs conditions de survie n'ont pas été des plus faciles en l'absence de leurs frères et sœurs. En effet, dès le début du livre et ce jusqu'à la fin, on réalise qu'il y a bien plus hostile que la météo...

    J'ai trouvé que l'ambiance était beaucoup plus tendue dans ce tome et que cette tension était constante, tout particulièrement dans la première partie. On a vraiment peur pour tous les personnages. Rien ne les épargne.

    Ayant acquis un côté dégourdi dans les premiers chapitres, Lou retrouve malheureusement peu à peu son attitude empotée. En revanche, Malcolm se révèle! Plutôt discret au début de l'aventure et endossant uniquement le rôle du petit frère à protéger, on le découvre aussi débrouillard et courageux que son aîné. L'excitation nous gagne instantanément quand on le voit en action.

    La même construction du récit est conservée, à savoir un retournement brutal de situation dans les derniers chapitres et un danger qui est à son comble. Si la première fois j'ai été complètement entraînée dans cet engrenage de violence et de nervosité, je n'y ai pas été très réceptive cette fois-ci. Les tous derniers événements m'ont presque laissée de marbre. Cependant, je suis toujours aussi agréablement surprise de constater que je n'ai jamais deviné à l'avance la moindre péripétie. Prendre le lecteur par surprise semble d'une étonnante facilité chez Vincent Villeminot, et cela me plaît énormément.

    En somme, l'histoire reste addictive malgré ses petites imperfections. Je regrette qu'elle se termine ainsi; un tome de plus n'aurait pas été de trop pour rester sur une note moins pessimiste et nous rassurer sur l'avenir des personnages.

     

    Note

           Un bruit contre la porte en bois de la grange l'éveilla en sursaut.

           Elle réalisa en un instant qu'il faisait jour, à travers les tuiles du toit. Qu'il pleuvait, de nouveau. Que Malcolm n'était plus là.
           Parti... Où était-il parti?
           Elle sentit la panique l'envahir. Il ne fallait surtout pas qu'ils se séparent. Pas eux.
           Le bruit, de nouveau, quelque part, celui qui l'avait éveillée -puis la porte grinça en s'ouvrant.
           Lou sortit, à quatre pattes, de l'endroit où ils s'étaient réfugiés pour dormir, entre les tonneaux de la mezzanine, jeta un œil vers le bas. Deux soldats venaient d'entrer dans la remise. Ils hésitèrent un instant, devant l'amoncellement d'engins agricoles, puis contournèrent un tracteur, entrèrent dans la pénombre, à quatre mètres sous elle. Elle réalisa au même instant que Malcolm avait laissé l'échelle appuyée sur la mezzanine, en quittant le refuge...


    votre commentaire
  • Frnck, tome 2

     

    Scénario : Olivier Bocquet
    Dessin : Brice Cossu
    Éditeur : Dupuis
    Année de parution : 2017
    Genre : BD tout public
    Nombre de pages : 56

    "Frnck", c'est l'histoire de Franck, un orphelin de 13 ans parti à la recherche de ses parents et qui se retrouve propulsé en pleine préhistoire.

    Après avoir réussi à se faire accepter par une tribu d'Homo sapiens, Franck décide d'apporter un peu de modernité dans la vie de sa famille d'adoption. Puisqu'il en a marre de manger de la viande crue, il tente de persuader Grrr (prononcez «Gérard»), le chef de la bande, de domestiquer le feu. Mais ses tentatives à base de bois secs et de silex frottés l'un contre l'autre font long feu et ne suscitent que moqueries et mépris de la part des hommes préhistoriques, assez rétifs aux progrès technologiques. Quand Franck arrive enfin à ses fins, c'est pour asphyxier la moitié de la tribu. Pour Gérard, c'en est trop ! Franck est chassé de la tribu, vu ses inventions loufoques et foireuses (le savon, la roue, le football...) et sa totale inutilité au sein du groupe. Il ne pourra revenir qu'à une condition : en prouvant ses qualités de chasseur ! Franck part donc sur la piste d'un gibier facile à attraper. Il tombe sur un petit lapin trop mignon qui devrait constituer une proie facile. Mais l'animal et ses compagnons vont se révéler des prédateurs redoutables pour le naïf gamin...

    Franck essaie tant bien que mal de survivre dans un monde sans réseau et sans pizza... De plus, sa famille préhistorique est réfractaire face à toutes les avancées technologiques qu'il leur présente maladroitement. Car oui, c'est une évidence, Franck est terriblement gaffeur. Les gags sont très nombreux et font mouche à chaque fois. Les expressions de visage des personnages y sont pour beaucoup, ainsi que la prouesse de faire surgir l'humour en plein moment critique.

    L'aventure et le suspens sont, eux aussi, autant présents que dans le premier tome. Entre la famille rousse qui veut récupérer sa caverne, la nature hostile et les nombreux prédateurs, le danger est partout pour notre adolescent du XXIe siècle. Heureusement, Franck peut toujours compter sur sa nouvelle amie Kenza pour l'accompagner dans toutes ses péripéties; bien que la demoiselle risque, elle aussi, de ne pas détecter le danger quand il se présente...

    Concernant le dessin, le trait est propre, les couleurs très vives et les décors époustouflants. Un vrai plaisir pour les yeux.

    Bref, c'est un tome très rythmé, sans flottement, et avec un humour décapant. La série est décidément très prometteuse, donc si vous ne l'avez pas encore lue, c'est le temps de vous y mettre!

     

    Note

     Frnck, tome 2

    (cliquer sur l'image pour voir en grand)


    votre commentaire